KIDAL : Le domicile d’Iyad perquisitionné

A Kidal, les forces françaises de l’Opération Barkhane ont perquisitionné, samedi 28 janvier, le domicile du terroriste, Iyad Ag Aly, chef du groupe djihadiste Ansar Eddine et parmi les hauts responsables de la tribu des Ifoghas.

iyad ag ghali djihadiste terroriste islamiste ansar dine

 Des soldats français ont procédé à une « fouille minutieuse » de la maison du chef djihadiste pendant que d’autres étaient positionnés sur le toit de la maison et aux alentours, ont rapporté des sources d’Alakhbar.
Les militaires français ont, à l’issue de la fouille, saisi des téléphones portables et des bijoux de la veuve du défunt chef touareg Bahanga, laquelle se retrouvait avec ses filles au domicile perquisitionné.
Il s’agit de la première perquisition des forces françaises du domicile de Iyad Ag Aly depuis le déclanchement de l’intervention militaire en janvier 2013.
Il faut dire qu’avant et après l’occupation des régions du nord, Iyad Ag Ghaly a été pour beaucoup dans la multiplication des violences contre les populations, les forces armées maliennes, Berkhane et la Minusma. Après la signature de l’Accord d’Alger censé ramener la paix, Iyad pour n’avoir pas été associé au processus de paix a juré de ne rien laisser sur son passage. La violence terroriste a refait surface dans les trois régions. Des attentats, des embuscades contre les forces militaires et des enlèvements de personnes et voitures sont monnaie courante.
Près de quatre ans après l’intervention militaire française, le nord et le centre du pays sont toujours la cible des rebelles islamistes.
Pas un jour ou presque, sans attaque au Mali contre les forces gouvernementales et populations civiles, rebelles touareg et arabes de l’Azawad. La partie septentrionale du pays qu’ils revendiquent, casques bleus de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) et soldats français de l’Opération « Barkhane » sont les cibles de la guérilla menée par les groupes djihadistes toujours implantés au Mali.
Le pire des tortionnaires n’a pas laissé de doutes sur sa volonté de saboter le processus de paix. Piqué au vif, le sanguinaire qui mène une guerre asymétrique, circule entre le sud de l’Algérie et Kidal sans être inquiété.
Amadou Sidibé
Source: lesechos
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.