Kidal: la donne s’éclaircit

Voilà une semaine, jour pour jour, que l’armée française a été victime d’une attaque terroriste qui s’est soldée par la mort de trois de ses soldats.

ville nord mali kidal gao tombouctou

Avec 3500 hommes déployés dans tout le Sahel appuyés par un renseignement conséquent, les enquêteurs de l’opération Barkhane mettent rapidement la main sur une dizaine d’éléments suspects appartenant au MNLA.
Malgré leurs investigations qui ont permis de découvrir des armes, les combattants du MNLA ont été relâchés.
L’armée française l’ayant jugé utile pour l’apaisement et la préservation du climat social.
Vendredi, le groupe terroriste kidalois, Ansardine d’Iyad Ag Ghaly, sans sourciller, revendiquant avec panache l’attaque terroriste, tout en promettant de récidiver.
Pour protester contre ces arrestations qu’il juge inacceptables et intolérables, les séparatistes non repentis du MNLA ont orchestré, hier lundi à Kidal, une manifestation contre les forces françaises de l’opération Barkhane et des Casques bleus de la MINUSMA. Comme à leur habitude avec l’instrumentalisation de femmes et d’enfants comme boucliers humains ; et toujours à l’aéroport de Kidal.
C’est dans ce contexte chauffé à blanc où les alliances sont insoupçonnables et où les fanions sont facilement interchangeables qu’un appel à la mobilisation de la jeunesse contre les forces internationales a été lancé sur les réseaux sociaux. Intitulé « Lettre à la jeunesse Azawadienne en général », cet appel instrumentalise les émotions et sentiments encore vivaces à Kidal sous la menace des kalachnikovs.
Voici quelques extraits : « Ceux qui ont maintenu l’Azawad sous le joug malien des décennies durant s’apprêtent à le refaire !
Ceux qui ont introduit sheytan déguisé sur le territoire de l’Azawad veulent nous trahir !
Le pacte signé avec nos martyrs est sur le point d’être trahi…
Camarades militants, aucun leader politique, religieux ; aucun amenokal qui qu’il soit ne nous déviera de notre objectif ! Ce n’est pas ceux qui ont toujours concouru pour téter la vache laitière “Mali” qui stopperont notre élan de liberté ! Aujourd’hui, plus que jamais, l’Azawad à besoin de votre mobilisation ! Nous appelons les responsables de la jeunesse Azawadienne partout où ils sont, mais surtout ceux de Kidal, de sortir massivement dans les rues, montrez au monde entier que Kidal, mais surtout l’Azawad n’appartiennent pas à un seul homme, une seule famille ! Ne soyez pas complice ! »
Aussi, les manifestants, instrumentalisés ou contraints et forcés, sont massivement sortis hier matin pour prendre d’assaut l’aéroport de la ville qui est une base de la Minusma. À coup de pierres et de cocktails Molotov, la Brigade anti-forces internationales a attaqué, saccagé et brulé l’aéroport. La manifestation a vite dégénéré.
S’il y a divergence sur les causes et le nombre des victimes, selon plusieurs sources, les affrontements entre manifestants ont entrainé morts d’hommes.
« Ils ont chassé la MINUSMA de l’aéroport et ils ont tout brûlé », affirme un habitant de la ville.
Ce qui s’est passé hier à Kidal était-il une manifestation contre la présence de « sheytan » ou contre des arrestations jugées arbitraires ? Les motivations affichées sur les banderoles ne permettent pas de trancher tant la cloison est peu étanche. Aussi, révèlent-elles et établissent désormais de manière irréfutable la donne à Kidal : connexion entre tous les groupes sous la domination d’Iyad Ag Ghaly. Dans les deux cas, le MNLA jette le masque.
En effet, en protestant et en s’attaquant aux forces internationales qualifiées de « Sheytan », Kidal ne fait-elle pas le combat d’Iyad qui a juré de continuer à s’en prendre à celles-ci ? En le faisant pour protester contre l’arrestation de personnes suspectées d’être impliquées dans l’attaque du 12 mars revendiquée par Ansardine, le MNLA confirme qu’il a bel et bien des liens étroits et opérationnels avec le groupe terroriste.

PAR SAMBI TOURE

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *