Kidal : Interrogations autour d’une atrocité

Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux journalistes français de Rfi, ont été enlevés à Kidal samedi, par un groupe d’hommes armés. Les otages ont été exécutés (égorgés parait-il) par leurs ravisseurs à 18 km de la ville de Kidal. Un peu plus tard dans l’après midi, leur mort a été confirmé par les autorités françaises.

 Ghislaine Dupont et Claude Verlon envoyés spéciaux radio france international RFI Mali crime

D’après de nombreuses sources, le commando les a embarqués à bord d’un 4×4 de couleur beige alors qu’ils sortaient de la maison d’un responsable du Mnla qu’il venait d’interviewer. Les deux envoyés spéciaux de Rfi s’étaient déjà rendus à Kidal en juillet à l’occasion de l’élection présidentielle et y revenaient à l’occasion de la délocalisation de Rfi à Bamako, prévue du 6 au 8 novembre.

Cet enlèvement d’Occidentaux au cœur de la ville de Kidal suscite moult interrogations au sein de l’opinion. Comment des hommes armés et enturbannés ont pu s’infiltrer à Kidal pour ensuite kidnapper nos deux confrères et sortir de la ville tranquillement? A quoi servent les check-points érigés au niveau des entrées et autres points d’accès de la localité ? Qui assurent la sécurité à Kidal : Serval ou la Minusma ? Comment les ravisseurs étaient-ils au courant de la présence des deux journalistes au domicile du responsable du Mnla ? Y-avait-il des complicités ?

En attendant, ce double assassinat prouve la barbarie de certains individus, toujours tapis dans l’ombre à Kidal. Une ville qui demeure une zone de non droit. Les Français continuent toujours à croire en la bonne foi de certains responsables de Kidal qui, en réalité, veulent maintenir la ville dans le chaos et l’insécurité. Cependant, force est de reconnaître que des groupes de terroristes et de djihadistes qui avaient quitté Kidal au lendemain de l’intervention française y sont revenus en toute impunité sous couvert du Mnla et du Hcua. Les Français le savent.

La rédaction

SOURCE: L’Aube
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *