Insécurité grandissante dans le nord du Mali

Une soixantaine de Casques bleus ont été tués au Mali depuis le déploiement de la mission onusienne (Minusma) dans ce pays en 2013.rebelle combattant groupe armee cantonnement touareg azawad mnla cma kidal

Le groupe terroriste Ançar Eddine, de l’ex-chef rebelle targui Iyad Ag Ghali, a revendiqué l’embuscade qui a coûté la vie à cinq soldats tchadiens de la Minusma, mercredi soir dans le nord du Mali. “Nos moudjahidine ont attaqué sur notre terre d’islam de l’Adrar des Ifoghas (région de Kidal) des militaires qui travaillent dans le regroupement international contre nous”, a déclaré ce responsable, Nourredine Ag Mohamed, qui a déjà revendiqué de précédentes opérations au nom d’Ançar Eddine, a repris l’AFP. “L’attaque a été faite grâce à des complicités. Des gens proches de nous ont communiqué nos positions, notre itinéraire, ça, c’est très sûr”, a indiqué une source militaire africaine, sous le couvert de l’anonymat à l’AFP. “Hier, vers 17h, cinq Casques bleus de la Minusma ont été tués et trois autres ont été grièvement blessés dans une embuscade au nord d’Aguelhok, dans la région de Kidal”, lit-on dans un communiqué publié jeudi soir par la Minusma, précisant que “l’attaque s’est déroulée alors que les soldats de la paix escortaient un convoi logistique. Après avoir heurté un engin explosif, le convoi a été la cible de tirs. Les soldats du contingent tchadien de la Minusma ont perdu la vie lors des échanges avec un nombre indéterminé d’assaillants”.
La force française Barkhane, présente dans cinq pays du Sahel, est intervenue en soutien de la Minusma après cette attaque, a déclaré jeudi le porte-parole de l’état-major français, le colonel Gilles Jaron, cité par l’AFP. L’armée française a envoyé “deux hélicoptères de manœuvre ainsi qu’un détachement de forces au sol qui a sécurisé la zone et permis aux hélicoptères de récupérer les blessés tchadiens qui ont été immédiatement évacués vers Gao”, a-t-il précisé. La Minusma a affirmé que trois suspects ont été interpellés suite à cette attaque, la plus meurtrière depuis celle du 12 février dernier contre sa base à Kidal. Cette attaque avait, pour rappel, coûté la vie à sept Casques bleus guinéens, dont une femme, et elle a été également revendiquée par Ançar Eddine. Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné cette nouvelle attaque contre la Minusma, affirmant dans un communiqué que “le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations constitue l’une des plus graves menaces à la paix et à la sécurité internationales”. L’attaque de mercredi intervient au moment même où le Front de libération du Maçina d’Amadou Kouffa annonce son ralliement à Ançar Eddine, via une vidéo diffusée jeudi soir, dans laquelle il menace la “France et ses alliés” au Mali, a rapporté la presse malienne. L’attentat de mercredi intervient dans un contexte politique difficile et de blocage de la mise en œuvre de l’Accord de paix d’Alger. Les parties signataires de cet accord s’accusent mutuellement, laissant le champ libre au retour des terroristes islamistes dans le nord du Mali, où la population crie à l’abandon et dénonce vainement l’insécurité grandissante.
Lyès Menacer

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *