Insécurité alimentaire à Tombouctou: Les autorités locales rassurent la population

Durant la saison des pluies, des dégâts causés par les terroristes et des oiseaux au centre et au nord de notre pays ont provoqué l’inquiétude chez les populations de la cité des 333 saints. Pour ce qui est de l’insécurité alimentaire, les autorités régionales, à travers des mesures de prévention, rassurent les citoyens.   

Les moments ont été difficiles pendant la saison des pluies. Les populations du septentrion malien ont été durement éprouvées. Après Bankass, les cultivateurs de Tombouctou redoutaient l’insécurité alimentaire. Mais les autorités locales rassurent la population. Dans un titre de Studio Tamani, on peut lire : «  Après une campagne agricole difficile, les cultivateurs de Tombouctou s’inquiètent de l’insécurité alimentaire dans la région. Mais, les autorités locales rassurent. Selon elles, les dispositions sont prises pour prévenir une telle situation ».  À titre de rappel, il y a quelques jours de cela, des cris de cœurs ont été lancés par les agriculteurs de Bankass face aux dégâts commis par des oiseaux granivores. À cet effet, les agriculteurs de la zone, inquiets, estiment que c’est un phénomène qui se produit chaque année ; de nombreuses espèces d’oiseaux dits « granivores » se nourrissent de graines de céréales cultivées et cela constitue, totalement ou partiellement, des déprédations sur des cultures vivrières. En dehors du cas du centre et du nord de notre pays, le sud est, d’une certaine manière, pointé aussi. Selon nos informations, au grand dam des agriculteurs dans la région de Kayes, les cultures de cette saison sont moins bonnes à cause du nombre des pluies constatées pendant la période pluvieuse. Les cultures n’ont pas été comme des années passées. À cela s’ajoute l’insécurité en raison de laquelle des cultivateurs ont été assassinés dans leur champ. Selon Kadidiatou Touré, une agricultrice, « cette année, il n’y a pas eu beaucoup de pluies, les céréales comme le mil, le maïs, l’arachide qui occupent la première place de la culture kayesienne, ont moins réussi par rapport aux années précédentes. Le sol n’est pas aussi fertile, l’insécurité gagne le terrain, la vie devient de plus en plus chère. Beaucoup de personnes ont été victimes des menaces d’assassinats et d’autres crimes à leur égard pendant les activités champêtres. Nous lançons un appel aux autorités de la région de Kayes, sinon du Mali, à faire preuve face à la situation présente. Et nous supplions le bon Dieu afin que la terre soit bonne », a-t-elle dit. De façon générale, les problèmes sont énormes dans le domaine de l’agriculture, socle d’une économie forte. L’insécurité est sans doute la cause principale de cet état de fait. À cela s’ajoutent d’autres dégâts avec leurs effets néfastes. Espérons que les aides de la communauté internationale, à l’égard de nos populations pour le retour aux normes sur tous les plans portent leurs fruits pour le bonheur de la population du pays dans son ensemble. 

Lassana Sow   

 Source : LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.