Grand meeting du 25 mars à Gao : Où étaient les medias français ?

La vaillante population de Gao est sortie massivement le 25 mars dernier pour exprimer une fois de plus, son plein rattachement à l’unité du pays et appeler la CMA à parapher l’Accord du 1er mars d’Alger dans un bref délai pour le retour de la paix au Mali. Mais à la grande surprise des Maliens, ce grand événement est passé inaperçu sur les ondes des medias français, contrairement aux différentes manifestations des obligés du MNLA de Kidal.

Le grand meeting du 25 mars organisé par le Conseil National de la Jeunesse de Gao qui a été sanctionné par une forte mobilisation de la population de la plus grande région du nord du pays a montré une fois de plus la non partialité des medias français dans la couverture médiatique des événements du pays en général et du nord en particulier.

marche protestation femme enfants liberation nord mali kidal

A la différence des différentes manifestations de Kidal contre l’unicité du pays qui sont couvertes à 90% par des medias français comme France 24 ou RFI avec tous les ingrédients appropriés, le grand meeting du 25 mars dernier à Gao est passé inaperçu sur ces medias. Et pourtant les organisateurs étaient très optimistes sur la présence des medias français pour la couverture d’une manifestation d’une telle envergure qui a témoigné une fois de plus que le projet de partition du Mali du MNLA est loin de faire l’unanimité au nord. L’événement, mieux qu’un cri de cœur a répondu majestueusement à l’affirmation d’un attachement à la République du Mali, car  rarement un rassemblement a su mettre en valeur  les couleurs du drapeau national comme lui.

Il ne s’agissait pas seulement des étendards, mais l’accoutrement des participants qui reflétait le vert-jaune-rouge dans toute sa dimension.  Une belle démonstration pour exprimer une fois de plus leur rattachement à un Mali « UN et Indivisible ». Qui devait susciter l’enthousiasme de tous les partisans du sursaut républicain malien. Ce qui n’a malheureusement été le cas pour les medias français. Lesquels servent généralement de relais à un moindre mouvement des indépendantistes du MNLA.

En effet, au regard du traitement partisan des medias français sur les activités au nord du Mali, tout laisse croire que le MNLA représente l’intérêt de la France, malgré qu’il prône la partition du pays.  Donc pas question de rêver des mêmes droits à l’information et à la liberté d’expression que les égarés de Kidal.

Car une chose est sûre, ces medias ne pouvaient diffuser les images d’une telle mobilisation en faveur du pays sur ses chaines et donner encore la parole aux criminels du MNLA de parler au nom de l’ensemble des régions du nord du pays, avec leur soit disant « Azawad ». C’est une leçon pour les complexés devant ces medias français qui ne donnent aucune importance à leurs medias locaux.

En tout cas, ceux qui sont allergiques à la chaine nationale, ORTM ont raté la belle occasion de voir ces belles images du meeting avec une forte représentation de toutes les communautés du nord. Et cela devait aussi amener le gouvernement à briser son attitude de préférence entre les différents organes de presse du pays pour envoyer un maximum de journalistes pour une forte couverture médiatique d’un tel meeting. Mais malheureusement, cela n’est pas encore le cas. Et ceux qui jettent leur devolu sur les médias français resteront longtemps sur leur faim.

« Tous mes encouragements à la Jeunesse de Gao et au Président du Conseil National de la Jeunesse, Aboucacrine Bohainata Maiga », dira HalachiMaiga, un jeune de Gao depuis Bamako qui est resté sans voix face à cette politique de deux poids deux mesures des medias français.

Modibo Dolo

Source: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.