GAO : Des projets phares financés par la Minusma à hauteur de plus de 620 millions de FCFA

Du 10 au 11 mars 2020, les journalistes et blogueur ont eu droit à une visite de terrain à Gao pour voir les actions posées par la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Au cours de cette visite initiée par la Minusma dans la cité des Askia, les hommes de medias ont pu constater la réalisation de trois projets phares par la mission onusienne au Mali. Il s’agit du Projet de construction de bassin de décantation des eaux usées de Gao, du projet d’appui au relèvement économique des femmes de la coordination des associations des femmes de la Case de la paix de Gao et du projet d’installation de 250 lampadaires à Gao. Le coût de ces trois projets s’élève à plus de 629 806 300 FCFA entièrement financé par la Minusma.

C’est aux environs de 8h 45minutes de ce mardi 10 mars 2020 que les journalistes sous la conduite de Yaye Nabo SENE du  bureau de l’information et de la communication de la Minusma sont arrivés à Gao. Après un briefing sécuritaire et une rencontre avec le chef de bureau de la Minusma, le Mauritanien Oumar Ba (et non le Sénégalais Oumar Bah comme nous l’avons écrit dans notre article paru le jeudi 12 mars 2020), le super Camp de la Minusma comprenant beaucoup de contingents de Casques Bleus (Sénégalais, Egyptiens, Chinois, Burkinabè, Bangladais, Cambodgiens etc.) fut visité par les hommes de medias. Dans ce super camp très vaste, le respect environnemental est au rendez-vous. Au cours de la même journée, le Projet de construction de bassin de décantation des eaux usées de Gao a été inauguré.

Au cours de la cérémonie d’inauguration, le représentant du préfet de cercle de Gao, OUMAYATTA AKLI et le maire de Gao, Daka Aboubacar ont remercié la Minusma qui au « delà de sa mission de stabilisation du Mali de notre chère pays met en œuvre des actions de développement en vue d’assurer le bien-être des populations ».

Selon le maire, la réalisation de ce bassin de décantation des eaux usées à trois compartiments est un motif d’espoir et d’allégresse pour la population de la cité des Askia, une population qui a longtemps été éprouvée par ce phénomène polluant. Selon Mohamed Touré de l’ONG Addis-Mali qui a réalisé le projet, le bassin de décantation de plus de 220 m3 comprend trois compartiments reliés à un puisant.« Il permet de récupérer les différentes eaux usées généralement déversées dans la nature. Il s’agit donc de lutter contre la pollution de l’environnement par un traitement suffisant afin que l’effluent soit sans danger avant de retourner vers les eaux souterraines. Ces eaux traitées peuvent être éventuellement utilisées à l’arrosage d’arbres implantés », a-t-il dit.

Quant au chef de bureau de la Minusma, Oumar Ba, l’inauguration de cet ouvrage représente une valeur singulière pour la ville de Gao car, c’est non seulement une réponse durable aux différentes préoccupations environnementales exprimées par les autorités régionales, notamment la Mairie de Gao, mais aussi, c’est la première fois qu’une telle structure en la matière est réalisée dans cette région. Ainsi, en juin dernier, dit-il, la MINUSMA, en collaboration avec les services techniques de la Commune de Gao, a dû intervenir en urgence pour aménager temporairement un site permettant de recueillir les eaux usées provenant de la ville de Gao.

« Initié par la Commune de Gao, le projet s’inscrit dans le cadre de son plan stratégique et vise à améliorer les conditions de vie et de santé de ses habitants. D’une valeur de 26.057.300 FCFA, il est entièrement financé par la MINUSMA. C’est le résultat du partenariat renforcé entre la MINUSMA et la Commune Urbaine de Gao. A travers ce projet, l’objectif recherché est de mettre en place un système adéquat et innovant visant à récupérer et à gérer les eaux usées généralement déversées anarchiquement dans la nature. Il s’agit principalement de réduire l’impact des eaux usées sur l’environnement », a conclu le Mauriatnien Oumar Ba.

Après cette cérémonie d’inauguration, les hommes de media ont effectué une visite de courtoisie à la radio NAATA (Espoir) de Gao. Au super camp de la Minusma de Gao, les hommes de media ont suivi avec intérêt la démonstration de détection des mines par le contingent Cambodgien de la Minusma. La première journée de marathon fut bouclée par la patrouille nocturne avec le contingent bangladais.

Les hommes de media ont commencé la deuxième journée (mercredi 11 mars 2020) par l’observation de la formation du contingent Egyptien aux techniques de déminage. Au cours de l’inauguration du projet d’appui au relèvement économique des femmes de la coordination des associations des femmes de la Case de la paix de Gao, la présidente de la Case, Mme Touré Mouna Awata a vivement remercié la Minusma pour le financement de ce projet d’autonomisation des femmes. La femme de l’ambassadeur de la Norvège au Mali, Berit Lindeman, qui était présente a fait savoir que les femmes jouent un rôle important dans le développement. L’un des projets phares visités par les hommes de media est celui d’implantation des lampadaires solaires.

L’objectif général de ce projet de stabilisation et sécurisation de la ville de Gao par des lampadaires solaires est de contribuer au développement des infrastructures énergétiques en vue d’améliorer le taux de couverture électrique de Gao et accroitre l’accès des populations, notamment des quartiers périphériques, à des sources modernes propres et appropriées d’énergie pour une qualité de vie meilleure. Selon Dr Ganaba Nouhoum de la Fondation NIS, 250 lampadaires seront installés dans la ville de Gao. Le coût de ce projet est de 1 207 498 de Dollars (603 749 000 FCFA). Ainsi, le coût de ces trois projets financés par la Minusma s’élève à plus de 629 806 300 FCFA. A notre que durant le séjour des hommes de media, une visite de courtoisie a été rendue au gouverneur de Gao.

Aguibou Sogodogo, envoyé spécial à Gao

Source: Journal le Républicain-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.