Focus : 208 lots et 1 million de FCFA pour chaque famille de soldats morts sur le front nord

Les 208 lots attribués aux familles des disparus sont à Diago dans le cercle de Kati.  Pour un gouvernement responsable, le geste n’est pas à la hauteur du deuil. Le président de la République par intérim et le président de l’ex-CNRDRE devaient  plutôt offrir 208 logements sociaux aux familles des soldats morts sur le front.

Comme dirait l’autre, un malheur ne vient jamais seul : le fossé de la misère sera très grand et pour joindre les bouts, les veuves vont tout simplement céder ces lots à usage d’habitation à vil prix. Et cela est déjà une réalité à Diago.

 DIONCOUNDA TRAORE MILITAIRE SOLDATS MALIENS

Rupture entre le capitaine Amadou Haya Sanogo et les soldats au front ?

Selon les murmures de Bamako, la rupture serait consommée entre le capitaine Amadou Haya Sanogo et les soldats au front. D’où la récente visite sur le terrain du ministre de la Défense et des Anciens combattants Yamoussa Camara.

Toujours selon les mêmes murmures, cette rupture aura été rendue possible par la présence des militaires français au front. Informé, Sanogo ne dort plus. Bongo n’avait-il pas raison de dire que les Français viennent en Afrique pour fourrer leur nez dans nos affaires.

 

A Ségou, le capitaine Amadou Haya Sanogo reconstruit sa maison paternelle

Dès lors, nous ne sommes plus fiers du capitaine de Kati. Une résidence a surgi du sol dans sa maison paternelle à Ségou comme chez le général Amadou Toumani Touré à Mopti. Amadou Haya Sanogo aurait suivi les traces des deux généraux présidents déchus. Or, il n’y a jamais deux sans trois.

 

Dioncounda s’invite chez IBK

La surprise était grande pour Ibrahim Boubacar Keïta, lorsque le président par intérim débarque à Sébénikoro au domicile de son jeune frère. Interloqué par l’évènement, le président du Rassemblement Pour le Mali (RPM) rétorque à son frère : «Koro, si tu as besoin de moi, appelles-moi, je viendrai. Ne faites pas le déplacement». Hum ! Le professeur de mathématiques sait qu’il pose comme acte à un moment où le choix des électeurs va vers le Kankélentigui national.

 

Le quatrième pouvoir au pouvoir en 2013 ?

On serait tenter de répondre par l’affirmative. Lorsqu’une de nos consœurs est l’épouse d’un des candidats d’un des plus grands partis politiques. Notre future première dame peut compter sur le soutien indéfectible de «L’Inter de Bamako».

Notre future première dame est attachée de presse dans une des collectivités du district de Bamako.

 

Présidentielle de juillet2013 : Les électeurs risquent de bouder les urnes

Las des promesses mensongères des hommes politiques, les présidents des bureaux de vote risqueraient de se retrouver sans électeurs. Et pour cause, la rupture est consommée entre les deux camps.

Pis, la quasi-totalité des candidats ont été ministres ou présidents d’institutions dans les gouvernements  ADEMA et ATT. Face à ce constat, il n’y a pas d’engouement auprès des électeurs.

 

Pour être directeur général de l’INPS, un haut cadre promet de verser à la fin de chaque mois 30 millions à un membre influent de l’ex-CNRDRE

Depuis le coup d’Etat du 22 mars 2012, les cadres maliens font le pied de grue aux militaires de la garnison de Kati. Même avec le retour à l’ordre constitutionnel, les va et vient de nos chercheurs de place n’ont pas cessé.

La nuit, les voitures balisées sur la route en témoignent. Notre héros du jour, un cadre du ministère de l’Action humanitaire, de la Solidarité et des Personnes âgées ne recule devant rien pour arriver à ses fins.

Il vient de proposer 50 millions à un membre de premier plan de l’ex-CNRDRE pour occuper la direction de l’INPS. Il ne s’arrête pas là. Il va jusqu’à lui proposer le versement de 30 millions à la fin de chaque mois si son décret de nomination sera signé.

 La Rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *