Faux et usage de faux dans les recherches d’appuis et financements au Nord : Mohamed Aly ag Almoubareck indigné parle des milliards injectés sans effet.

Quand la honte n’a pas de fin et prend la place de l’honneur, l’honnêteté et la dignité pour un Maire. Des milliards sont injectés depuis plusieurs années pour venir en aide aux  populations du nord, mais nous sommes toujours à la recherche du plat quotidien dans nos fractions. De 2014 à nos jours, 2020, ce fameux Maire de Doukouria par manque de considération ni a sa personne ni aux populations ne fait que se donner a des détournements de faux et usages de faux dans les recherches d’appuis et financements en complicité avec les ONG, les représentants des organismes ou de l’État.

 

Cet état de fait n’a autres raisons que de profiter au nom des pauvres populations qu’ils veulent toujours assujettir en assistance alimentaire et en mendicité pour mieux les manipuler et profiter ainsi d’elles au lieu d’aider à créer des conditions optimales pour leurs autosuffisances.

 

Hélas, l’héritage est bien gardé puisque c’est ce qui est cultivé par le cerveau politique qui n’est autre que l’ex-président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales du Mali ( HCCT ) et présentement président de l’autorité indépendante de la sauvegarde des données à caractère personnel ressortissant de la commune Doukouria, voire de la région ayant sa renommée internationale et nationale dans ces pratiques d’utiliser les financements destinés aux pauvres populations pour des fins ignobles et qui manque d’humanisme.

Depuis 1981 avec l’ONG Americaine service Quaker qui s’est transformé en une ONG dénommée « Association malienne pour la survie au Sahel » (Amss) n’a pas changé de caractère puisqu’elle a toujours été source de blanchiment de fonds.  En plus des financements illicites, les services de la commune Cscom école et Marie sont devenus des biens à usage familial sans aucun obstacle ni interpellation par les autorités de l’État sur place puisque eux comme les représentants des autres ONG sont acquis maladroitement pour cette cause.

Donc en bref, la preuve en est que rien ne compte pour ces individus, que de vivre de la sueur et du sang des pauvres.  Aucune dénonciation ou plainte n’a jamais eu de suite contre eux auprès des préfets, des gouverneurs, encore moins du gouvernement et même pas auprès des organismes internationaux malgré que depuis 1981 nous nous sommes toujours insurgés devant qui de droit. Peine perdue et sans effet.  Prenons l’exemple patent des derniers cas et pas les moindres.

-Ventes abusives et illicites de lots de terrains à usage d’habitation dans la commune sans immatriculation sans décision ou décret d’acquisition pour empocher des ressources sans quittance.

– Des millions de recettes sur les carrières de gravier et de moelleux qui n’ont jamais été prise en charge dans les recettes ni dans les quittances, ni les budgets et non moins dans les différents comptes administratifs depuis 2010 jusqu’à nos jours .

-Des subventions des partenaires qui sont toujours exécutés de façon douteuse,  sans trace ou encore de façon à orienter cela vers les bénéficiaires qui ne sont pas censés avoir des informations sur les spéculations et les détournements auxquels lui et sa clique en font usage.

Cependant, la plus grande honte du siècle qui n’a pas été gardée sous silence, c’est le programme d’appui à des scénarios qu’ils ont initiés avec l’ONG Solidarité Internationale de Goundam.  Dans ce schéma, cette ONG bénéficie d’un programme de prise en charge de 6 mois par le PAM pour 1312 chefs de ménage bénéficiaires. Ces personnes se sont arrangés  pour mettre en place une supercherie qui fait croire  que chaque famille a reçu depuis mars 2020 une valeur de 35.500 francs CFA en vivres et produits pour trois (3) mois et ensuite, la valeur d’une somme de  20.000frs CFA de la même manière pour les (3) trois autres mois soit de mars à août 2020.

Là, nous assistons à des choses qui en aucun cas ne peuvent échapper aux partenaires qui sont entre autres :

Comment des populations déplacées du fait de conflits et d’insécurité peuvent arriver dans une commune et sans se présenter devant un préfet ou un sous-préfet, bénéficient d’un programme, et par la suite avoir des appuis pendant 4 mois sans jamais être accueillis par les représentants de l’État sur les lieux pour un suivi et une protection sécuritaire, sanitaire comme c’est le cas dans l’élaboration du  programme. Cela sous-entend que tous les acteurs savent que c’est du faux planifié pour avoir des financements. Et en toute honnêteté, cela est une honte pour ce Maire qui a fait de ses autochtones vivant chez eux dans des conditions plus ou moins bonnes, des populations déplacées démunies censées être chassées par suite de conflits et d’insécurité. Cet homme à recenser et repartir son propre village en 4 sites, et confier  à ses cousins, frères, et responsabilités de ces sites fictifs pour vivre des dons et appuis comme  chaque fois depuis 1981. Et cela, chaque année avec le PAM les autres ONG.

Pour cette dernière forfaiture, j’ai dénoncé la situation auprès du PAM Tombouctou, Bamako et même auprès du PNUD sans succès comme toutes les plaintes et dénonciations auprès des autorités locales, régionales et nationales qui n’ont jamais répondu ou agir en conséquence. C’est pour dire que la corruption et l’impunité sont les créneaux des pouvoirs et des partenaires.

 

Un financement PAM acquis et exécuté de 218 448.000 francs CFA

pour six (6 )mois destinés pour = zéro (0) population déplacée  sans tenir compte du montant du contrat de sous-traitance de l’ONG Imadel et du contrat du prestataire commerçant qui doit fournir les vivres équivalents à ce montant. Il faut noter en  cas de besoin, ces contrats sont à chercher au niveau du PAM.

Enfin, ces éléments et situations représentent une goutte d’eau dans l’océan par rapport aux abus et forfaitures infligés à nous et à nos populations depuis. Donc, nous sommes disponibles à apporter plus de précisions et de preuves pour tous ceux ou celles, ou même l’État qui en feront la demande en cas de doute ou de besoins d’informations complémentaires.

Trop c’est Trop! Nous demandons justice et transparence. Et si toutefois, notre réclamation n’est pas prise en compte, nous tenons responsables les autorités du pays et leurs partenaires devant les conséquences que l’on ne souhaite pas.

Mr Mohamed Aly Almoubareck

Vêtements à la retraite par anticipation

Ex-maire de Doukouria

Domicile : Insaba fraction Kel Taharodjene I

Contact 83-76-61-27 / 96-28-27-86

Email : [email protected]

LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *