Exécution de deux journalistes français à Kidal : Et si les forces Serval sont à l’origine de ce drame ?

La presse, dans son intégralité, aux quatre coins du monde, est en deuil, suite à l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux journalistes chevronnés français. Ils ont été retrouvés morts, criblés de balles, par leurs ravisseurs après leur enlèvement dans des circonstances rocambolesques, à Kidal, par des individus armés. En effet, vers 13 heures 10mn, le samedi, les deux journalistes ont été kidnappés alors qu’ils venaient de réaliser l’interview d’un responsable du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA). Alertées, les forces Serval sont mises à contribution. Elles retrouveront quelques instants après les deux personnes mortes, les corps non loin d’un véhicule abandonné, probablement celui emprunté par les preneurs d’otages.

Claude Verlon  Ghislaine Dupont.

Dans cette affaire, le témoignage du chauffeur des deux journalistes est accablant : « Ils m’ont intimé l’ordre de me mettre à terre. Je me suis exécuté sinon il m’aurait tué ». Citant Ghislaine, le chauffeur ajoute : «  Si vous voulez de l’argent, venez prendre, laissez-nous, laissez-nous. Elle le disait en criant… ». Hélas ! C’était son dernier cri. On ne l’entendra plus.

 

Mais ce qui suscite la curiosité et l’interrogation, c’est la manière dont les recherches ont été menées illico par l’armée française, selon des indiscrétions. Si cette rapidité avait pour but d’extraire les deux français des griffes de leurs ravisseurs, il n’en demeure pas moins qu’elle a précipité une descente aux enfers de nos deux confrères. Ont-ils perdu la vie suite à la chasse menée par les forces françaises sans laquelle nos deux confrères auraient la vie sauve ?

 

Ce questionnement est d’autant plus intéressant que d’aucuns pensent que, pris de panique, les preneurs d’otages n’ont pas hésité une seconde à mettre le doigt sur la gâchette et à envoyer des rafales en direction des deux journalistes, d’une part.Pour l’armée française, par contre, elle a retrouvé les deux confrères déjà mortes, gisant à même le sable. Mais certains affirment qu’elle se cache derrière cette hypothèse. Que sinon, en réalité, elle a tenté de libérer Ghislaine et Claude, opération au cours de laquelle les forces Serval auraient dû confondre ravisseurs et otages, d’autre part. C’est pourquoi d’ailleurs, personne ne veut parler de ravisseurs pour brouiller les pistes. Enfin, ces ravisseurs ont-ils abattu les deux français en désespoir de cause évitant ainsi de tomber dans l’escarcelle de « l’ennemi » ? Autant de questionnements qui méritent réponses, à notre avis.

 

La dépouille mortelle des deux confrères est arrivée dans la soirée du dimanche à Bamako, relais vers leur rapatriement pour l’Hexagone, où, un ultime hommage leur sera rendu.

 

Kidal, la fanfaronnade ?

 

Cette prise d’otages de Kidal, qui continue de défrayer la chronique, est advenue alors que sont présentes, dans cette ville, les forces des nations unies, l’armée malienne mais très muselée, ainsi que l’armée française représentée par les forces Serval.

 

Selon Tiébilé Dramé qui intervenait sur TV5 Monde, « le MNLA, Ansardine et AQMI se disputent la suprématie à Kidal. On ne doit pas être surpris par la situation actuelle », une région pourtant malienne, mais acéphale. Pour lui, « les groupes armés n’ont pas déposé les armes ». Et de fustiger : « Cet assassinat rappelle chacun à l’ordre… L’Etat malien est humilié à Kidal ». Donc le retour progressif de l’administration n’est un leurre.

 

Les propos de ce leader politique et médiateur du Mali dans les négociations avec les rebelles sont révélateurs. Ce d’autant que l’occupation illicite de la ville se passe au vu et au su de tout le monde avec une armée malienne reléguée au dernier rang, cantonnée dans une cour de fortune qui fait office de camp, quelque part à la sortie.

 

Suite à cet assassinat, le gouvernement malien a annoncé l’ouverture d’une enquête. Une réunion de crise sur cette exécution s’est tenue à Bamako dans les hautes sphères de l’Etat.

 

La CEDEAO a déclarée que « la situation est ambiguë ». Le représentant de l’Union Africaine Pierre Buyoya a indiqué que « Kidal est le défi auquel il faut réagir car la lutte contre le terrorisme ne sera pas facile » et qu’il faut « évacuer les bâtiments publics dont l’ORTM ».

 

Sur la station mère, l’ORTM, Alexis Kalambry, directeur de « Les Echos » a fait savoir que « cet assassinat est un drame », qu’Ibrahim Coulibaly dit I.C représentant l’ASSEP s’est dit « très en colère » avant que Serge Daniel de RFI n’ajoute : « Je suis triste » et de révéler que « les deux confrères avaient pris quartier à la mairie ». Toute chose qui dénote qu’ils n’opéraient pas en clandestinité et que leur présence, à Kidal, est légale et légitime.

 

Quant à la Maison de la Presse, elle a « condamné cet assassinat lâche ».

Pour la France, « c’est un crime contre la liberté d’informer et d’être informée »

 

Et IBK ? Sauf que son gouvernement a annoncé l’ouverture d’une enquête, et, que, récemment, le président de la République a déclaré qu’il est prêt à tout pour la paix au nord du Mali (peut-être même en nouant des amitiés avec les rebelles ou en foulant au pied les exactions commises sur l’armée et les Maliens : quelle belle insouciance !).

 

Or, dans ce cas précis, le temps presse. Et ce n’est plus les propos, genre Inch’Allah – Inch’Allah, qui conviendront et convaincront. Il faut passer aux actes concrets. Autrement dit, agir. Vite. Car après les journalistes, ça peut être n’importe qui puisque « les rebelles » sont, déjà, dans nos murs, à Bamako.

 

Issiaka Sidibé 

Source: Le Matinal

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *