Exclusif: l’Union africaine prévoit une force de contre-terrorisme au Mali

L’Union africaine va envoyer une mission au nord du Mali au cours des prochaines semaines pour se pencher sur la mise en place d’une force de contre-terrorisme pour soutenir les Casques bleus U.N. vulnérables, des sources proches du dossier dit.

 sommet conference chef etat union africain ua

Le gouvernement de Bamako, ainsi que certains responsables de la force U.N. au Mali, MINUSMA, ont appelé à plus d’aide dans la lutte contre les insurgés al-Qaïda, qui sont devenus de plus en plus actif malgré les efforts des troupes françaises, maliennes et les U.N..

Les forces françaises ont conduit les djihadistes hors des villes maliennes du Nord en 2013, mais ils se sont regroupés, et en Novembre Al-Qaïda au Maghreb islamique ont attaqué un hôtel de luxe à Bamako, tuant 20 personnes dans une démonstration de leur capacité à frapper au-delà de leurs bases du désert.

Les critiques disent que la capacité de la force onusienne de 10.000 hommes pour ramener la paix au Mali est entravée par le manque d’un mandat agressif lutte contre le terrorisme, ce qui signifie qu’il ne peut pas traquer les militants et est vulnérable aux attaques.

Au moins 20 soldats maliens et ceux de la mission onusienne d’Afrique ont été tués cette année, selon les estimations de Reuters.

Alors qu’un élargissement du mandat de la MINUSMA a été discuté lors d’une visite du Conseil de sécurité au Mali la semaine dernière, certains membres permanents comme la France disent qu’il est déjà suffisamment robuste, même si elles soutiennent des ressources supplémentaires pour la force.

L’initiative de l’UA est flottait comme une voie alternative à l’amélioration de la sécurité, disent les sources.

Il a pour mission d’évaluer les menaces à la sécurité dans le nord du Mali dans les prochaines semaines“, a déclaré une source familière avec la visite qui n’a pas été autorisé à parler publiquement de sécurité.

“Cela permettra à l’élaboration d’un plan pour une force internationale dans la lutte contre le terrorisme”, at-il ajouté, en disant l’UA a prévu d’aider la MINUSMA à soutenir le Mali.

Un diplomate occidental a déclaré que la mission de la force serait similaire à un groupe de travail régional de l’UA existant mis en place l’an dernier pour lutter contre le groupe djihadiste Boko Haram dans le bassin du lac Tchad.

La planification est à un stade précoce et de détails sur le nombre de troupes et le financement n’a pas encore été déterminé, selon les sources.

Les responsables de l’UA au siège de l’organisation continentale à Addis-Abeba n’a pas pu être joint pour commenter. Un porte-parole du ministère de la défense malienne a refusé de commenter.

Le porte-parole de l’armée le colonel Souleymane Maiga a déclaré: «Je sais qu’il ya eu des réunions récentes sur une force d’intervention rapide possible, mais la forme de cette force aura n’a pas encore été décidé à ce que je sais.”

Une FRANCE surexploitées?

Outre le financement, l’une des difficultés pourraient être d’harmoniser les initiatives de sécurité dans une région où les voisins ont une histoire de rivalité d’influence, ont ajouté les sources.

Le Groupe des Cinq Sahel (G5 Sahel) – Tchad, le Niger, le Burkina Faso, le Mali et la Mauritanie – ont également convenu de créer des forces (soutenues par l’UE réaction) rapide régional pour lutter contre les militants islamistes.

G5 Sahel secrétaire permanent Najim Elhadj Mohamed a dit qu’il n’a pas été informé de l’initiative de l’UA et il n’était pas clair si les deux organismes coopèrent.

Voisin du nord du Mali, l’Algérie a mis en place un centre commun d’opérations militaires pour les pays du Sahel en 2010, mais il y a eu peu de signes de progrès sur le terrain.

Certains experts en sécurité disent que plus de soutien est nécessaire pour lutter contre les djihadistes au Mali car la force barkhane (3.500 hommes) de la France est débordée.

“Une contribution plus importante des forces africaines pourrait prendre la pression sur les Français, qui pourrait se concentrer davantage sur la sécurisation des frontières et Daech (Etat islamique) en Libye”, a déclaré Rida Lyammouri, un consultant indépendant axé sur le Sahel et l’Afrique du Nord.

Mais pour réussir (la force de l’UA) devrait correspondre aux organisations extrémistes violents en termes de sensibilisation des communautés locales au Mali,” at-il ajouté.

 

Source: Reuters 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *