Evelyne Decorps, ambassadrice de France au Mali : «Il n’y a aucune opération d’exploitation de pétrole au Nord du Mali par la France»

«Pour ceux qui pensent que nous sommes dans le Nord du Mali pour exploiter le pétrole, je vous rappelle qu’il n’y a aucune opération d’exploitation de pétrole dans le Nord du Mali». Ces propos ont été tenus par l’ambassadrice de Franc au Mali, Evelyne Decorps, à la faveur d’une conférence de presse organisée le samedi 27 mai à la Maison de la presse par l’Union des journalistes pour la promotion de la diplomatie au Mali (Ujdm)

decorps-evelyne-ambassadeur-consul-diplomate-francaise-mali

Cette conférence de presse animée par l’ambassadrice de France au Mali, Evelyne Decorps, accompagnée du président d’honneur et du président de l’Union des journalistes pour la promotion de la diplomatie au Mali (Ujdm), Sory Kemesso et Amadou Mahamane Sangho, avait comme thème : «relation franco-malienne : historique, acquis et perspectives».

D’entrée de jeu, l’ambassadrice de France au Mali, Evelyne Decorps, a fait un bref rappel de l’historique des relations entre la France et le Mali. Selon elle, la relation entre la France et le Mali est une relation bilatérale ancienne qui remonte à la fin du 19ème siècle. À l’en croire, cette relation s’est interrompue dans les années 1960 avec l’éclatement de la fédération Mali-Sénégal où le président Modibo Keïta s’est rapproché largement de l’URSS et de la Chine.

Après la prise du pouvoir de Moussa Traoré, la conférencière Evelyne Decorps a noté une embellie dans les relations entre les deux pays avant qu’elles ne soient à partir de 1995 un peu distendues par la décision du président Alpha Oumar Konaré de ne pas se rendre à Dakar à l’invitation du président français, Jacques Chirac, pour célébrer le centenaire de l’AOF. Elle dira que les relations franco-maliennes ont connu des hauts et des bas avec parfois quelques incompréhensions. Avant de rappeler qu’après l’arrivée au pouvoir du président Alpha Oumar Konaré et la période intérimaire d’Amadou Toumani Touré, de très bonnes coopérations ont eu lieu même si les relations officielles étaient un peu froides.

Parlant des ressortissants du Mali en France, l’ambassadrice a fait savoir qu’ils sont aujourd’hui environ 76.000 en situation régulière. Elle a souligné que 4500 titres de séjour sont délivrés pour les ressortissants maliens de tous les ans, dont 1500 au titre de régularisation. «Nous ne faisons pas que renvoyer des migrants, nous les régularisons aussi», a déclaré Evelyne Decorps. Avant d’ajouter que la diaspora malienne en France est un élément important de la relation au niveau politique et en matière de développement.

En ce qui concerne l’aide au développement, la conférencière a expliqué que sur les 25 dernières années, l’aide publique au développement mobilisée par la France s’est élevée à un peu plus de 1130 milliards de Fcfa, soit 1,7 milliard d’euros. «La France est aujourd’hui le 2ème bailleur bilatéral dernier les Etats-Unis. Nous avons au-delà ça, une contribution supplémentaire qui n’est pas négligeable non plus», a-t-elle martelé.

Par ailleurs, l’ambassadrice de France au Mali a déclaré que depuis l’intervention Serval au Mali, la France a engagé plus de 473 millions d’euros, ce qui couvre, selon elle, la hauteur de l’engagement vis-à-vis du Mali. En outre, aux dires d’Evelyne Decorps, il y a plus de 120 entreprises françaises qui emploient plus de 4.000 personnes et qui sont également sources de revenus non négligeables en terme de fiscalité.

«On nous reproche souvent d’être au Mali pour l’exploitation des ressources minières. Mais aucune des entreprises françaises n’est dans le domaine minier. À ce jour, il n’y a aucune entreprise française qui exploite de l’or au Mali. Pour ceux qui pensent également que nous sommes dans le Nord du Mali pour exploiter le pétrole, je vous rappelle qu’il n’y a aucune opération d’exploitation de pétrole dans le Nord du Mali par la France», a déclaré l’ambassadrice de France au Mali.

Il faut rappeler que l’Union des journalistes pour la promotion de la diplomatie au Mali (Ujdm) est une association regroupant une trentaine d’organes de presse, créée le 23 août 2011. Elle a pour objectifs de mieux faire connaître les différents partenaires intervenants dans notre pays et leur apport dans le développement économique et social ; vulgariser les acquis de la coopération entre le Mali et ses partenaires par le biais d’une communication efficiente, et dynamiser la coopération à travers la création d’espaces d’échanges féconds sur des sujets d’intérêt mutuel.

Notons également que l’Ujdm a organisé une conférence-débat à l’occasion du 1er anniversaire de l’intervention française dans la ville de Konna.

Diango COULIBALY

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *