DROIT DE REPONSE : L’Unicef nous écrit

Suite à notre article intitulé : « Quad l’Unicef finance la rebellion » nous avons reçu de l’institution ce « Droit de réponse ».

logo main unicef

« L’Unicef s’étonne de l’article paru dans l’édition no. 4800 du quotidien Les Echos et intitulé ‘Quand Unicef-Mali finance la rébellion,’ et souhaite partager les informations suivantes sur la signature du Plan d’Action avec le quotidien et ses lecteurs :

  • Le Plan d’Action signé le 5 mars 2017 est un engagement pris par la CMA devant les Nations Unies. En signant le plan d’action, la CMA s’engage à prendre des mesures concrètes pour prévenir et mettre fin au recrutement, à l’utilisation, à la violence sexuelle et aux autres graves violations contre les enfants.
  • L’Unicef a signé le plan d’action dans le cadre des résolutions 1539 et 1612 du Conseil de Sécurité et de son mandat pour la protection de l’enfance partout dans le monde. La signature de l’Unicef est un garant de l’engagement pris par la CMA pour mettre fin aux violations graves contre les enfants et de la mise en œuvre effective de son plan d’action.

– Il n’y a aucun financement associé au Plan d’Action signé entre la CMA et les Nations Unies. 27 plans d’actions similaires ont été signés ailleurs dans le monde et aucun n’est associé à un budget.

– Le gouvernement du Mali a suivi le déroulement des discussions entre les Nations Unies et la CMA de près, a été informé de la signature du Plan d’Action et a exprimé son intention d’être impliqué dans sa mise en œuvre.

– Il s’agit d’une étape importante et positive pour la protection des enfants affectés par le conflit au Mali contre la violence, l’exploitation et les abus.

– La place de l’enfant est toujours dans sa famille, dans sa communauté et à l’école : jamais dans des situations de violence. »

 

Source: lesechos

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *