Depart du GATIA : Les populations continuent de s’opposer à la Minusma à Ménaka

Les populations de Ménaka sont redescendues dimanche dans les  rues pour exiger  le redéploiement de l’armée malienne dans la ville et  manifester contre la décision de la Minusma de « chasser »  le Gatia. Une manifestation qui fait suite à plusieurs d’autres à Ménaka et à Gao ainsi qu’à Bamako organisées par les ressortissants de la localité qui ne comprennent pas les agissements des forces onusiennes.

marche manifestation protestation liberation ville nord mali menaka kidal gao tombouctou

Depuis plusieurs semaines, la Minusma veut faire partir de la ville de Ménaka le Gatia qui a eu chassé les rebelles du MNLA. La force onusienne justifie sa décision par le fait que la conquête de la ville « a été faite en violation du cessez-le-feu en coursé ». Pour les populations locales, « la Minusma cherche plutôt à faire plaisir aux rebelles » qui exigent leur retour dans cette ville martyrisée depuis près 11 mois. C’est pourquoi, elles sont redescendues dimanche dans les  rues pour exiger  le redéploiement de l’armée malienne dans la ville et  manifester contre la décision de la Minusma de « chasser »  le Gatia. Une manifestation qui fait suite à plusieurs d’autres à Ménaka et à Gao ainsi qu’à Bamako organisées par les ressortissants de la localité qui ne comprennent pas les agissements des forces onusiennes. «  Nous sommes prêts à mourir car le retour du MNLA signera notre arrêt de mort »  nous a confié au téléphone un habitat qui ajoute «  de ne plus vouloir revivre les affres de l’occupation rebelle  qui a martyrisé et humilié les populations  ici ». « Toutes les populations sont prêtes à tout pour éviter le retour des rebelles » a-t-il assuré. Il a annoncé que les manifestations continueront le temps qu’il faudra pour le retour de l’armée malienne.

Contre ces accusations, la Minusma « regrette que son impartialité soit mise en cause », assure ne soutenir aucune des parties belligérantes et évoque d’ailleurs de possibles sanctions contre « tous les violateurs du cessez-le-feu », à savoir le Gatia, mais aussi les groupes rebelles qui multiplient les attaques depuis trois semaines.

Les rebelles cherchent notamment à reprendre Ménaka et se plaignent d’ailleurs de ce que les casques bleus les en empêchent. Tout comme la Minusma, les autorités maliennes appellent au respect du cessez-le-feu.

Nabi

source : L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.