Communauté noire Kel-Tamasheq: ‘’personne ne parlera plus en notre nom’’

La Communauté noire Kel-Tamasheq (CNKT) a organisé, le samedi 30 juillet, une conférence de presse, à la Maison de la presse, pour apporter sa contribution à la cohésion sociale et à l’inclusivité. Cette conférence était animée par l’ancien gouverneur, Koïna Ag Ahmadou, président d’honneur de l’Association TEMEDT ; le Pr Inamoud Ibny YATTARA, président du complexe Infex ; et Almaimoune Ag Almoustapha, président de la commission des finances…

 

Cette conférence de presse avait pour objectif de faire connaître la Communauté noire Kel-Tamasheq, qui est une composante importante de la confrérie ou communauté Kel Tamasheq, mais mal connue à cause de certains comportements, certains agissements et d’autres facteurs de stigmatisation dont elle est victime.
À travers cette sortie médiatique, il s’agissait d’exprimer la volonté de la Communauté noire Kel-Tamasheq à mieux s’organiser pour une meilleure prise en charge de son destin et pour une participation partagée et visible à l’effort de reconstruction de la nation malienne…
L’ancien Gouverneur Koïna Ag Ahmadou a affirmé que la Communauté noire Kel-Tamasheq était convaincue que ses problèmes les plus pressants n’avaient pas de frontière et ne pouvaient être réglés effectivement que grâce à une cohabitation dans la dignité et une solidarité avec toutes les communautés et partenaires de tout bord.
Ce qui, soutient-il, explique la volonté de la Communauté à consolider sa capacité à rassembler pour mieux contribuer au renforcement de la cohésion sociale, à la consolidation de l’unité nationale, à la réflexion et à son implication pour créer les conditions d’une paix et d’une stabilité intra et intercommunautaires définitives et durables.
« La Communauté noire Kel-Tamasheq s’engage à soutenir les autorités de la transition dans leur engagement à entreprendre la refondation de l’Etat, à lutter pour une transition réussie à l’issue de laquelle le Mali apaisé et stable aura été retrouvé pour le bonheur de tous les Maliens. Nous soutiendrons aussi les autorités post transition qui auront hérité du Mali Kura en paix, réconciliée, pour préserver et consolider ces acquis », peut-lire dans la déclaration liminaire.
Le Pr Inamoud Ibny YATTARA a focalisé son intervention sur la présentation de la Communauté noire Kel-Tamasheq. Selon lui, cette communauté qui compte plus de 2,5 millions habitants, et qui s’inscrit dans la dynamique mondiale, est en quelque sorte mi-Tamasheq et mi-Touareg. Une communauté qui a des valeurs et qui est engagée au Mali et à travers le monde pour défendre son identité.
Le Pr YATTARA a affirmé que la vision de la CNKT était de contribuer à la promotion de la sécurité humaine et d’interpeller les autorités face à la sécurité des populations vulnérables.
Il a profité de l’occasion pour dénoncer le fait que la Communauté noire Kel-Tamasheq soit victime de stigmatisation, de discrimination et de marginalisation.
« Nous avons des droits que nous réclamons. Nous sommes lésés dans nos droits collectifs comme la langue et l’écriture. L’on ne peut pas nous interdire de réclamer notre identité. Certains nous interdisent de nous identifier à nos valeurs. Nous n’allons jamais accepter cela. Il y a une indifférence par rapport à ce que nous voulons. Même pour devenir maire il y a des critères qui nous excluent alors que nous avons des valeurs historiques », a dénoncé le Pr Inamoud Ibny YATTARA.
Comme recommandations, le Pr YATTARA a appelé les membres de la Communauté à s’engager avec confiance dans la solidarité pour se positionner à tous les niveaux. Aussi, a-t-il invité les partenaires à aider le Mali avant de recommander aux autorités d’intégrer dans l’avant-projet de Constitution la préservation de la richesse des Kel-Tamasheq.
Pour sa part, Almaimoune Ag Almoustapha a fustigé le fait que l’Etat n’ait jamais répondu aux sollicitations de la Communauté noire Kel-Tamasheq.
‘’C’est malheureux, car nous sommes une communauté avec laquelle il faut compter’’, s’est-il indigné.
Comme perspectives, il a informé qu’une rencontre de la communauté aura lieu à Gao dans les mois à venir. Une occasion de réunir les membres de la Communauté pour parler de ses problèmes et apporter des solutions pour une participation active à la vie de la nation.
« Nous ne sommes plus d’accord que d’autres continuent de parler en notre nom », a lancé Almaimoune Ag Almoustapha ;
Aussi, la CNKT prépare l’organisation d’un salon mondial qui sera l’occasion de montrer ses potentialités culturelles. De même, il est prévu des rencontres entre les différentes associations, entre la CNKT et les autres communautés et avec les autorités.

PAR MODIBO KONE

Source : Info-Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.