COMITE DE SUIVI ET D’EVALUATION DE L’ACCORD PRELIMINAIRE A L’ELECTION PRESIDENTIELLE ET AUX POURPARLERS INCLUSIFS DE PAIX AU MALI (CSE) DU 18 JUIN 2013

Le Comité de Suivi et d’Évaluation de l’Accord Préliminaire à l’Élection Présidentielles et aux Pourparlers Inclusifs de Paix au Mali signé le 18 juin 2013 à Ouagadougou s’est réuni en session extraordinaire les 5, 6, 8 et 9 février 2015 à Alger, sous la Présidence du Représentant Spécial du Secrétaire Général et Chef de la MINUSMA, Mongi Hamdi. Ont pris part à cette réunion, l’Algérie, le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, la France, la Suisse, les Etats-Unis, l’Union Africaine, la CEDEAO, et l’Union Européenne. Les mouvements signataires et adhérents étaient également présents. La participation à la réunion a été ouverte à toutes les parties au processus d’Alger.

Mongi Hamdi chef minusma misma représentant secretaire general nations unies onu casque bleus

La rencontre avait pour objectif de discuter de la situation sécuritaire au regard des récents  affrontements survenus au nord du Mali, et d’envisager des solutions appropriées pour consolider le cessez-le-feu signé le 23 mai 2014 et la déclaration de cessation des hostilités signée le 24 juillet 2014.

Le CSE a écouté le compte rendu du Commandant des Forces de la MINUSMA et Président de la Commission Technique Mixte de Sécurité (CTMS) sur les réunions de ladite Commission et ses mécanismes, notamment les Équipes Mixtes d’Observation et de Vérification (EMOV). Le Comité a également suivi avec beaucoup d’attention les comptes rendus successifs des différents délégués du Gouvernement, la Coordination et la Plateforme sur la situation sécuritaire, ainsi que leurs suggestions pour la cessation des hostilités et la consolidation du cessez-le-feu.

Le Comité de Suivi et d’Évaluation a pris acte des violations répétées du cessez-le-feu, depuis la dernière phase des négociations à Alger en novembre 2014, déploré et condamné les conséquences de ces violations sur les populations civiles et les risques que de tels actes pourraient faire peser sur le dialogue inclusif inter-malien en cours.

Le Comité a pris acte du contenu de la déclaration du Président du Conseil de Sécurité du 6 février 2015 dans son intégralité.

Les parties au processus d’Alger présentes à la réunion extraordinaire du CSE ont réitéré leur volonté de participer aux pourparlers de paix de bonne foi et dans un esprit constructif, ouvert et inclusif, en vue de trouver des solutions durables aux causes des tensions observées sur le terrain.

Le Comité de Suivi a renouvelé son appel à la cessation immédiate de toute forme d’hostilité et de tout acte ou propos provocateur. Il a reconnu l’importance de coopérer avec la MINUSMA afin de faciliter la mise en œuvre de son mandat de stabilisation et de protection des populations civiles. Il a enfin demandé aux parties de participer aux réunions de la CTMS élargie et à ses mécanismes.

Le Comité de Suivi a demandé à son président de poursuivre les consultations avec les parties en vue de favoriser un climat apaisé propice à la poursuite des négociations sur un accord de paix global et définitif.                                                      

 

Fait à Alger, le 14 février 2015

Source: L’Inter De Bamako

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.