Bande sahelo-saharienne et présence étrangère : Kadhafi avait vu venir…

Le Guide de la Révolution libyenne, Mouammar Kadhafi, le 25 août 2010 lors d’un entretien qu’il a accordé, au palais Bab Aziz à Tripoli, aux représentants des communautés de Gao, avait averti à propos du nord du Mali. Aujourd’hui, l’histoire semble lui donner raison au vu de certains évènements. Qu’est-ce qu’il avait dit ?

 Mouammar Kadhafi Guide Révolution libyenne bande sahelo saharienne.

Arrivée à Tripoli le 7 août 2010, la délégation des communautés de Gao a finalement été reçue par le Guide, le 25 août. En recevant les leaders communautaires de la Cité des Askia, le Guide, tout en présentant ses excuses, leur a expliqué que le retard pris pour l’audience, s’explique par le mois de Ramadan. En ce mois sacré, Mouammar Kadhafi, musulman pieux, n’a qu’une seule activité : la lecture du Saint Coran.

 

« Je ne reçois pas d’habitude pendant ce mois » confia-t-il aux membres de la délégation. Mais, exceptionnellement, il a tenu à rencontrer les membres de la délégation de Gao. Et, fait rare, l’entretien entre le leader libyen et ses hôtes, a duré exactement 1 heure 10 minutes.

 

Pour la circonstance, le colonel Kadhafi était entouré par trois proches collaborateurs : Mansour Abdallah (conseiller à la présidence), Dr Raffa Al Madani (président de la ligue des tributs du Sahara) et Moussa El Kony (consul général de la Libye au Mali).

 

En prenant la parole, le Guide de la Révolution a tenu à remercier l’ensemble des communautés de la région de Gao qui ont « accepté de déposer les armes » suite à une récente initiative libyenne, lancée à Fafa et à Watagouna.

 

Dans cette logique, le leader de la grande Jamahiriya libyenne a réitéré son appel à l’adresse de toutes les autres communautés du septentrion malien. «Au Mali et partout dans le Sahara, nous devons garder à l’esprit que nous n’avons aucun intérêt dans les conflits, surtout entre communautés qui vivent dans le même espace. Aussi, en tant que musulmans, nous ne sommes pas sans savoir que l’Islam interdit qu’on s’entre tue. L’islam nous interdit la guerre».

 

Le Guide de la Révolution, dans sa lancée, a affirmé que les ennemis à combattre sont connus. « Nos armes, nous devons les utiliser contre le colonialisme, les occupants, l’impérialisme et le sionisme. Ces armes ne doivent absolument pas être utilisées par nous contre nous-mêmes ».

 

Prétextes pour les occidentaux

Aussi, le colonel Kadhafi s’est-il réjoui du retour progressif de la paix au nord du Mali et au Niger. Il a ensuite remercié les communautés touaregs qui « ont accepté de déposer les armes ». Premières à prendre les armes, ces communautés, a-t-il ajouté, ont compris que les armes ne servent pas à résoudre les problèmes. Parlant des problèmes au niveau du Sahara, le colonel Kadhafi a fustigé la présence de bandes armées. «Le Sahara est aujourd’hui l’objet de toute sorte d’activités illicites à savoir trafics et prises d’otages. On y rencontre des gens aux desseins inavoués. Parmi eux, des trafiquants, des animistes et des Salafistes ». Et le leader libyen a attiré l’attention sur leur présence qui, ajouta-t-il, offre des prétextes aux occidentaux pour s’installer dans le Sahara.

 

Tout en fustigeant ces bandes armées, Kadhafi a insisté sur le rôle des leaders dans la sauvegarde de la paix et de la stabilité de la région.

 

Paix =développement

«Aujourd’hui, il y va de notre intérêt que la paix s’installe dans le Sahara. Sans paix il n’y a pas de développement » a estimé le dirigeant libyen, qui demeure convaincu que tout conflit dans les pays du grand Sahara « ne sert en réalité que des intérêts occidentaux. Des conflits qui sont synonymes de complots contre nos Etats».

 

Ainsi, le colonel Kadhafi a invité toutes les communautés du nord Mali à s’investir désormais dans des tâches de développement. « Notre combat, a-t-il affirmé, doit être la valorisation des immenses ressources dont nous disposons, entre autres, les nappes d’eau ».

 

Visiblement irrité, le Guide a fait un constat accablant de la situation qui prévaut dans l’ensemble de la région saharienne. « Malheureusement, nos ressources sont pillées par les occidentaux et on les laisse faire. Au même moment, nos enfants souffrent de manque de soins, d’éducation et de chômage. Ils sont sur le chemin de l’émigration. Pour mettre fin à cette situation, il n’y a qu’une seule solution : aller vers la paix et le développement».

 

Alors, Mouammar Kadhafi a invité toutes les communautés à faire du Sahara un espace de paix et de stabilité. « Comme vous le savez, nous avons lancé à Tombouctou un appel pour la création d’une ligue des tributs du Sahara, qui s’étend du Sénégal à l’Irak. Notre appel vise justement à sortir le Sahara du colonialisme. Il vise à faire de notre espace commun un espace de paix, de stabilité et de développement dans l’intérêt de nos populations».

 

 

Un forum à Gao

Et le colonel Kadhafi a promis d’aider la région de Gao : « nous serons à vos côtés pour toutes les actions de développement que vous initierez au niveau de votre région », a promis le Guide. Qui a proposé l’organisation d’un forum sur la paix et le développement des régions nord du Mali. À partir de ce forum, un fonds sera mis en place pour financer des projets de développement des trois régions nord du pays…

CH. Sylla

L’Aube 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *