Axe Gossi/Gao : Les fama déjouent une embuscade

Un détachement de l’armée malienne en partance pour Gao, a échappé, la semaine dernière, à une embuscade tendue par des hommes armés à motos. C’était non loin de Gossi.

militaire soldat armee malienne fama patrouille nord

Le 28 décembre dernier un détachement des forces armées maliennes (Fama) faisant mouvement vers Gao, a réalisé un exploit. Des hommes, en armes, ont voulu poser une mine sur leur passage. C’était non loin de la localité de Gossi, sur le tronçon de Gao. La mission de l’armée était conduite par un haut gradé, le colonel Demba dont la vigilance a sans doute permis de sauver tout le groupe. Il fut le premier à constater la présence de gens suspects et qui se déplaçaient sur des motos. Les inconnus semblaient enfouir quelques sur la chaussée. En chef de troupes avisé, l’officier colonel fait arrêter le convoi, échangea quelques instants avec la troupe et adopta une stratégie afin de parer à toute éventualité. Pour se mettre à l’abri d’une surprise de la part de gens qui ont tout l’air d’être des ennemis, une partie du détachement quittent les véhicules et se dispersèrent, prenant chacun une position de tir. Cette disposition prise, le colonel Demba, avec un petit groupe décida d’avancer vers eux. A quelques mètres, ce qui n’était que des soupçons se confirma. L’officier et ses hommes ont été accueillis par des coups de feu. Ils ne se sont pas trompés; il s’agissait bien de gens qui préparaient une attaque à la mine. Les ennemis qui cherchaient à miner la voie, avaient bien planifié leur coup. Selon leur plan, une fois que le véhicule de l’armée aura sauté sur la mine, leurs complices postés en hauteur d’une colline voisine, devraient profiter de la situation de panique des militaires pour venir en renfort.

Mais, leur stratégie a fait four. En effet, la riposte des Fama ne s’est pas fait attendre. Selon nos sources, les échanges de coups de feu ont duré une bonne demi-heure. Mais, à la fin des affrontements, le constat était macabre : les cadavres de bandits (probablement des  terroristes) jonchaient le sol. La riposte de l’armée ne leur a laissé aucune chance ; Face à cette tournure (imprévue) de leur opération, certains éléments du gang, constatant leur déroute, ont préféré prendre leurs jambes au cou. Dans leur débandade ils abandonnent derrière eux, des morts et plusieurs éléments faits prisonniers par l’armée. Tous sont des gens à la peau claire.  Assis à l’arrière d’une Pick-up de l’armée, les mains bien ligotées, les terroristes ont été acheminés, dans la capitale et conduits directement au camp I de la gendarmerie où ils ont été mis à la disposition de la brigade  antiterroriste.

La rédaction

 

Source: L’Officiel

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.