Région de Mopti : un projet de plus de 373 millions de FCFA en soutien au redéploiement des Forces de Sécurité du Mali et la restauration de l’autorité de l’Etat

Le 12 octobre dernier, en présence de la Cheffe de la Composante Police de la MINUSMA, du Directeur Générale de la Police Nationale, ainsi que du Maire et du Préfet de Bankass, a eu lieu la cérémonie de remise officielle de deux projets du Fonds Fiduciaire pour la Paix et la Sécurité au Mali.

Ceux-ci visent à renforcer les capacités fonctionnelles et opérationnelles du Commissariat de Police, en vue de favoriser le redéploiement progressif des Forces de Sécurité Malienne (FSM), la restauration de l’autorité de l’Etat, le retour des services sociaux de base, la restauration de l’image des FSM ainsi que le renforcement de la protection des civiles dans la Commune de Diallassagou, Cercle de Bankass ainsi qu’à Koro, dans le Cercle de Koro.

Parrainés par la Police onusienne pour un montant total de plus de 373 millions de francs CFA (exactement 373 718 970 francs CFA) grâce à la contribution du Royaume de Belgique, ces projets ont, sans aucun doute, des répercussions positives sur la sécurité et la vie des habitants de Bankass et Koro.

L’implantation d’un Commissariat dans la Commune de Koro et un autre à Bankass, favorise d’une part le redéploiement des éléments de la Police Nationale dans cette zone et renforce la sécurité et la protection des populations civiles. D’autre part il encourage le retour de l’Etat et de son autorité, les services sociaux de base, la relance des activités économiques dont les populations dépendent largement.

Actuellement la Police Nationale a déjà déployé plusieurs éléments qui sont présents dans cette localité et qui travaillent dans des conditions très précaires. La réalisation d’un forage d’eau alimenté par un système d’Energie solaire, approvisionne la brigade en eau, mais également les populations civiles environnantes grâce à des extensions de robinets à l’extérieur du mur de clôture de cette brigade.

Cette action contribue à l’amélioration de l’image des Forces de Sécurité Malienne (FSM) auprès des populations et favorise une bonne collaboration entre ces deux entités. Elle améliorerait les conditions de vie des populations pour lesquelles l’accès à l’eau potable est un vrai défi quotidien. La disponibilité de l’eau potable à proximité réduirait ainsi les nombreux risques (attaques, viols, agressions, mines/EEI etc.) qu’encourent au quotidien les populations environnantes de la brigade, notamment les femmes et les enfants qui parcourent de très longues distances pour aller chercher de l’eau.

Pourquoi un tel soutien ?

Depuis plusieurs années, la région de Mopti est exposée à de graves violences intercommunautaires et à la persistance des séquelles des attaques des groupes armés en lien ou pas avec le terrorisme international. Cette situation a amené le Conseil de sécurité des Nations Unies, lors de l’adoption de sa Résolution 2480 (2019), de faire du Centre du Mali la deuxième priorité stratégique de la MINUSMA.

En effet, le Conseil avait demandé à la Mission « de faciliter l’application d’une stratégie globale dirigée sur le plan politique par le Mali, afin de protéger les civils, de réduire les violences intercommunautaires et de rétablir l’autorité et la présence de l’État ainsi que les services sociaux de base dans le centre du Mali ».

Ce projet s’inscrit parfaitement dans l’objectif de la Résolution 2480 (2019) du Conseil de sécurité qui mandate la MINUSMA, ainsi que les suivantes, y compris la 2584 (2021). En effet, celle-ci enjoint la MINUSMA de « Soutenir le redéploiement des Forces de défense et de sécurité maliennes dans le centre du Mali, y compris en continuant d’apporter un soutien opérationnel et logistique et un appui dans le domaine des transports pendant les opérations coordonnées et les opérations conjointes, en contribuant à la planification, en intensifiant les échanges d’informations et en fournissant un appui dans le domaine de l’évacuation sanitaire, dans la limite des ressources disponibles et sans préjudice des principes fondamentaux du maintien de la paix ».

MINUSMA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.