Mali : Le Parti de Soumeylou Boubèye Maïga dit NON à la prolongation de la transition

La section commune II du district de Bamako de l’Alliance pour la solidarité au Mali-Convergence des forces patriotiques (Asma-Cfp), le parti de l’ex- Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, a organisé, le samedi 16 octobre 2021, une Assemblée générale au Foyer des jeunes de Quinzambougou (Bamako) pour inviter les autorités maliennes à respecter le délai des 18 mois inscrits à la transition en cours au Mali. «Nous ne voulons pas la prolongation de la transition. Nous disons non à la prolongation de la transition. On ne reconnaîtra pas la transition si jamais elle est prolongée… », indiquent les intervenants au cours de cette assemblée générale d’information. Par ailleurs, l’Asma-CFP exige la libération pure et simple de son président, Soumeylou Boubèye Maïga incarcéré depuis août 2021. En outre, le parti dénonce l’insécurité et la cherté de la vie au Mali.

Cette assemblée générale a rassemblé les responsables du parti ASMA-CFP dont le secrétaire général, Issa Diarra, le Président des jeunes, Abdina Karembé, Mme Yah Tangara du Mouvement des femmes, des militants et sympathisants du parti. Après l’exécution de l’hymne national du Mali et les mots de bienvenue du secrétaire général de la section commune II de l’Asma-CFP, Yéli Mady Konaté « Yéli Fuzzo », le Président des jeunes, Abdina Karembé, a invité les autorités maliennes à respecter le délai des 18 mois inscrits à la transition en cours au Mali. «Nous ne voulons pas la prolongation de la transition », a-t-il dit. Par ailleurs, il a exigé la libération pure et simple du président de l’Asma-CFP, Soumeylou Boubèye Maïga incarcéré depuis le 26 août 2021.

Selon lui, l’affaire contre Boubèye est purement politique. Il a fait savoir que l’incarcération de Boubèye viole toutes les lois de la République. En outre, il a dénoncé la lenteur dans la conduite de l’instruction et les conditions de détention de Boubèye. « Sa détention ne contribuera en rien à la manifestation de la vérité. Rien ne justifie sa présence dans la maison d’arrêt centrale de Bamako, il peut être en résidence surveillée », a-t-il dit. Dans le cadre de la lutte contre la corruption, le président des jeunes du parti ASM-CFP, Abdina Karembé, a souhaité que le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, soit demi de ses fonctions. Sur un autre plan, Abdina Karembé a dénoncé la cherté de la vie actuellement au Mali. Le représentant de la coordination Asma-CFP du district de Bamako, Boubou M Diawara a dit NON à la prolongation de la transition. « Nous disons non à la prolongation de la transition. On ne reconnaîtra pas la transition si jamais elle est prolongée… », a-t-il dit.

A ses dires, Soumeylou Boubèye Maïga, qu’il soit toujours en détention ou libre, sera investi candidat du parti Asma-CFP pour la prochaine élection présidentielle. Quant au secrétaire général du parti Asma-CFP, Issa Diarra, il a indiqué que la tenue des élections est possible dans la mesure où les autorités ont l’intention d’organiser les assises nationales de la Refondation (ANR) dans différentes localités. Selon lui, il est nécessaire de faire la synthèse du dialogue national inclusif (DNI), de la conférence d’entente nationale que d’organiser les assises nationales de la Refondation à un coût exorbitant.

Parlant de l’incarcération de Soumeylou Boubèye Maïga, il dira que la vérité triomphera. « Si Soumeylou B Maïga n’était pas correcte, on n’allait pas le suivre », a-t-il dit. Il a indiqué que même les juges n’arrivent pas à s’entendre sur la manière dont Soumeylou B. Maïga a été incarcéré. Issa Diarra ne veut pas que l’affaire Soumeylou B. Maïga soit politisée. Selon lui, l’instruction pouvait se faire sans l’incarcération du président du parti Asma-CFP. Au regard des conditions de détention de Soumeylou B. Maïga, il a invité les autorités à savoir raison garder. Enfin, il a demandé aux militants du parti d’être courageux et unis.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.