Édito : si nos dirigeants avaient l’audace de ces 11 jeunes africains à Montpellier… !

Le nouveau sommet Afrique France tenu à Montpellier en France le weekend dernier, bien que critiqué par des millions d’Africains déçus de la politique française en Afrique, a porté fruit. Les 11 jeunes invités à échanger avec le président de la République française, Emmanuel Macron, ont été à la hauteur des attentes des peuples africains. Même s’ils étaient au début qualifié de « vendus », de « pions de la France », ces jeunes de la société civile ont convaincu plus d’un dans leur échange avec le président Macron. Sans tabou, ils ont abordé avec sincérité, courage, objectivité, tous les sujets sur les relations entre l’Afrique et la France, notamment l’ambiguïté dans la politique française d’Afrique ; les questions du franc CFA et l’Agence Française pour le Développement (AFD) ; l’ingérence des autorités française dans les affaires de nos pays ; l’intervention militaire française en Afrique…

Ces six jeunes femmes et cinq jeunes hommes africains ont dit la vérité que les chefs d’État africains n’auraient jamais accepter de dire. Ils ont dit ces vérités dans la plus grande courtoisie et dans le plus grand respect.

Le président français semble avoir compris la volonté de rupture des africains avec l’ancien système. Il admet les critiques de ces jeunes africains à l’encontre des dirigeants français et reconnait même la part de responsabilité de la France dans le malheur de l’Afrique. Il a compris comment son pays est devenu est impopulaire en Afrique à cause de sa mauvaise politique. Et il est prêt, à analyser son discours, à « laver la marmite sale », à aller sur de nouvelles bases dans ses relations avec l’Afrique, cette fois-ci, basées sur la sincérité, le respect mutuel, la non-ingérence dans les affaires d’autrui.

Macron semble vouloir corriger les erreurs du passé. Mais comment convaincre les populations africaines ? Il a opté passer par la jeunesse de la société civile, sachant que les politiques en Afrique francophone, dans leur grande majorité, ne sont pas crédible aux yeux des populations.

Au-delà des discours, on sent en ces jeunes africains le désir ardent de changer les choses, d’aller sur de nouvelle base. Si ces jeunes sont soutenus dans leurs pays respectifs par la société civile et la jeunesse, le changement sera certain. Si les dirigeants de nos pays avaient le courage et l’audace de ces jeunes et s’ils avaient craché les vérités à la France avant, les relations entre l’Afrique et la France ne seraient pas « une marmite sale » aujourd’hui. La non sincérité, l’ambiguïté de la politique française est aussi due au manque de courage des dirigeants africains.

Donc le nouveau sommet Afrique France, tel que tenu à Montpellier, pourrait conduire à une vraie rupture avec les anciennes relations pratiques.

Boureima Guindo

Source: LE PAYS

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.