ANR, lutte contre l’impunité, réformes politiques et institutionnelles… : Le FSD apporte son soutien au gouvernement

Le Front pour la sauvegarde de la démocratie a salué, au cours d’une conférence de presse hier, mardi 12 octobre 2021, les efforts du gouvernement de transition dans la lutte contre l’insécurité ; contre l’impunité ; l’organisation des Assises nationales de refondation ; l’organisation des réformes politiques et institutionnelles…

Le Front dirigé par Dr Choguel Kokalla Maïga jusqu’à sa nomination comme premier ministre a félicité les autorités transitoires pour leurs efforts dans la libération de l’ex otage, Gloria Cécilia Narvaez, enlevée depuis 2017 dans la localité de Koutiala.

Le FSD soutient la sortie du premier ministre contre la France

Le chef du gouvernement de transition a accusé, à la tribune des Nations Unies, la France d’avoir abandonné le Mali « en plein vol ». Comme si cette sortie qui a suscité la colère de Paris ne suffisait pas, Dr Choguel Kokalla Maïga a accusé, dans une interview à l’Agence russe de presse, la France « d’avoir entrainé des terroristes sur le sol malien ».  Le Front pour la sauvegarde de la démocratie soutient ces sorties du premier ministre. « Le constat fait par le premier ministre à New York le septembre 2021 est on ne peut plus clair, objectif et rencontre l’assentiment et l’adhésion de la grande majorité des Maliens qu’ils du centre, du nord, de l’ouest, ou du sud du Mali », a déclaré le FSD du défunt Soumaïla Cissé qui a apporté son soutien au président et au premier ministre de la Transition pour « leur courage face à l’adversité et leur souci de voir le Mali recouvrer toute son intégrité territoriale, son unité nationale et sa dignité ».

Comme le premier ministre et d’autres Maliens, le FSD trouve que l’opération Barkhane a échoué au Mali. « Malgré la présence de Barkhane, avec des moyens militaires énormes, de la Minusma, de la force conjointe du G5 sahel, des FAMa et des forces européennes Takuba constituées sous l’égide de la France, le sahel en général et le nord du Mali en particulier demeurent toujours sous emprise djihadiste », ont déploré les responsables du FSD. Ils ont invité les gouvernants à engager la réflexion en vue de reprendre en main les orientations indispensables en vue d’optimiser la lutte contre le terrorisme.

La dissolution des milices est aussi une proposition du FSD. C’est pourquoi il demande au gouvernement d’engager une « vaste opération de désarmement en ayant comme préalable que tout détenteur d’armes soit considéré comme terroriste » à l’exception des forces armées maliennes.

Le FSD en phase avec le gouvernement sur les ANR, les réformes politiques et institutionnelles…

Même si elles sont boycottées par une partie de la classe politique, les Assises nationales de refondation sont censées tracer le destin du Mali. Le FSD soutient la tenue de ces Assises dont il salue le calendrier annoncé par le gouvernement. « Pour le FSD, ces assises constituent le socle de la refondation tant souhaitée par l’ensemble des Maliennes et des Maliens », ont précisé les responsables de ce mouvement face à la presse. Pour Paul Ismaël Boro, les ANR sont d’autant « plus important que ses recommandations et conclusions auront un caractère exécutoire et conduiront à des réformes politiques et institutionnelles ». Pour le FSD, toutes les forces vives de la Nation doivent participer à ce rendez-vous historique.

Le FSD est favorable à une prolongation de la transition, car il appelle à éviter des « élections bâclées ». « S’agissant des élections à venir, le FSD, eu égard aux conséquences dangereuses et regrettables d’un scrutin bâclé, appelle le gouvernement à la réunion des conditions permettant d’aller à des élections paisibles, transparentes et crédibles sur l’ensemble du territoire », ont déclaré les conférenciers.

Concernant la lutte contre la corruption et l’impunité, le FSD a apporté son soutien au gouvernement de transition. « Le FSD salue la détermination des autorités de la transition et les encourage vivement à continuer l’opération au nom du principe de redevabilité afin que le pays soit totalement débarrassé de ces mauvaises pratiques qui n’ont que trop duré », déclare le FSD qui a également salué l’apaisement du climat social et a encouragé le gouvernement à poursuivre la voie du dialogue pour trouver des solutions pérennes aux différentes revendications.

Boureima Guindo

Source: LE PAYS

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.