Mali : « le différend avec la France est d’ordre politique et nous ne l’avons pas voulu »

Le ministre malien des affaires étrangères, Abdoullaye Diop a déclaré que le différend avec la France est d’ordre politique que le Mali n’a pas voulu, réaffirmant que son pays « n’a pas fermé la porte au dialogue » et qu’il n’était pas hostile à la France à laquelle il a demandé de respecter la souveraineté malienne.

Dans un entretien accordé à une agence de presse russe, le ministre malien a réaffirmé que le Mali ne fermait pas la porte au dialogue et qu’il n’a jamais attaqué la France.

« A chaque fois, a ajouté le ministre malien, nous avons été contraints de réagir à des actes qui nous ont été imposés et que nous avons considéré injurieux, violant notre souveraineté, et il fallait donc que nous prenions nos responsabilités et prendre ces décisions ».

Le ministre malien a poursuivi « notre objectif essentiel est de réaffirmer nos choix politiques, de refuser qu’on nous dicte le choix de nos partenaires ou qu’on nous impose les choix de souveraineté ou de sécurité au Mali, car ces décisions concernent les maliens qui ont décidé de prendre leur destin en main. »

Interrogé sur les manifestations qui sont sorties pour soutenir le Mali et condamner la France, Abdoullaye Diop a déclaré qu’il était normal que cette position ait un écho favorable dans bon nombre de pays africains où la jeunesse fait face aux mêmes défis, celui de se réaffirmer, d’être respectée, considérée et à même de maîtriser ses ressources naturelles.

« Il est important, a conclu le ministre malien, que nos partenaires, les français et les autres, que la colère et la déception grandissent dans les rues et dans les rangs de la jeunesse africaine ».

Source: saharamedias

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.