Des centaines de millions dérobés dans les caisses de l’INPS : De quoi la Directrice Générale a-t-elle peur ?

Votre journal d’enquête L’Investigateur révélait au grand jour, dans sa parution du 15 juillet dernier, des malversations sur les comptes des retraités à l’Institut National de Prévoyance Sociale (INPS). Selon les premiers résultats d’un audit interne, une coqueluche somme d’environ un milliard a été soutirée des caisses par des agents. Devant la gravité de l’affaire, les agents incriminés qui doivent être suspendus de leurs fonctions en attendant la fin de l’enquête continuent impunément d’occuper leurs postes et bénéficier de tous les avantages dus à leurs rangs.

Selon les premiers résultats d’un audit interne qui ne concerne pour le moment que quelques services de l’INPS, le montant dérobé par certains agents sur les comptes des pensionnaires s’élève à environ un milliards de nos francs.

Cependant, le traitement réservé aux conclusions de l’audit interne qui épingle un certains nombres de personnes, indique l’incapacité ou la mauvaise volonté de la Directrice Générale Mme Sidibé Zamilatou à lutter efficacement contre ce pillage des caisses de l’INPS qui impacte sans doute les assurés. De quoi la DG a-t-elle peur ? Qui protège les voleurs ?  Pourquoi, elle tarde à mettre la main sur les agents incriminés et leurs complices ? Y a-t-il des intouchables parmi les agents incriminés ?

En tout cas, l’affaire crée des frustrations à l’INPS. Depuis le début de l’affaire, aucun gros poisson n’a été arrêté. Mieux, les incriminés continuent impunément à occuper leurs postes et à jouir de tous les avantages. Tout porte à croire que ce sont les menus fretins qui paieront. La Directrice Générale Mme Sidibé Zamilatou Cissé pour montrer patte blanche doit sortir le bâton de la sanction afin de lutter contre la délinquance financière au sein du service.

Cette pratique n’est que la face cachée de l’Iceberg au sein de cette boîte. On se souvient d’une autre affaire du genre relayée par la presse en octobre 2020 et qui avait éclaboussé le service. Un agent futé avait créé plusieurs comptes dans différentes banques pour mieux soutirer l’argent des pensionnaires. L’agent en question, une dame, avait été sanctionnée comme l’indiquent les articles de presse.

Les autorités de la transition notamment le Chef de l’Etat le Col. Assimi Goïta et son premier ministre Dr Choguel Kokala Maïga sont interpellés car, l’INPS, en plus d’être l’épine dorsale de la sécurité sociale au Mali, est devenu la vache laitière pour des agents véreux qui s’enrichissent impunément.

Daouda T. Konaté

Source: L’Investigateur

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.