Mali : Djiguiba Keïta « Ppr » à L’aube : «Il doit savoir que le Mali n’est pas sa propriété »

L’Aube : Si vous devez évaluer la gestion du président Ibrahim Boubacar Kéïta en une année, quelle note lui attribuerez-vous ?

Djiguiba keita politicien ppr parena

 

 

 

Djiguiba Kéïta: Une très mauvaise note.

 

 Alors, sur  la base de cette note, quel bilan tirez-vous de l’An I d’IBK ?
Un bilan très négatif tant la déception a été grande chez moi.

Que peut-on reprocher concrètement à la gestion du président IBK ?
Le reproche fondamental que je fais au Président c’est de n’avoir pas pris la vraie mesure de l’effondrement du pays. Il s’est cru à la tête d’un pays normal et s’est comporté comme quelqu’un qui n’a pas souci du désastre malien. Ainsi, au lieu de s’occuper du Mali, il s’est préoccupé de son confort personnel et a mis SA famille au cœur de l’Etat.
Beaucoup de Maliens sont aujourd’hui déçus par la gestion du dossier du nord. Qu’en pensez-vous ?
C’est l’échec du quinquennat! Sur les 15% des Maliens qui ont participé à la présidentielle de 2013, IBK a recueilli 77,61% des voix. Pour tous ces électeurs IBK était l’homme de la situation, c’est lui qui pouvait redonner au Mali son honneur et sa dignité, en récupérant rapidement le Nord pour le réintégrer dans l’ensemble national. Malheureusement, les Maliens ont élu un Président sans programme, qui n’avait aucune opinion claire sur comment régler le problème du Nord en général, le cas de Kidal particulier. Et, comble de malheur, le schéma qu’il a trouvé sur place et grâce auquel il a été élu, je veux nommer l’Accord Préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013, il lui tourne le dos et improvise des voies de sortie de crise aussi improductives les unes que les autres. L’amateurisme en la matière a conduit le régime jusqu’à confier le dossier du Nord du Mali à l’Algérie et au Maroc en même temps…..C’est parce que IBK et ses gouvernements n’ont pas une vision claire du comment régler le dossier du Nord que le pouvoir a permis à l’imprudent Premier ministre de faire le voyage de Kidal, au motif que Kidal fait partie du Mali. Le Président de la République, en cautionnant le voyage irresponsable du PM à Kidal est aussi responsable que lui de l’humiliation nationale qui s’en est suivie.  C’est après la débâcle de Kidal que tous sont revenus à l’Accord de OUAGA comme étant LA SOLUTION. Le PM devait démissionner comme dans tout État sérieux pour avoir humilié la nation et son armée, mais hélas! Le manque d’humilité chez le Président pour reconnaître qu’il s’est trompé en autorisant ce voyage de l’humiliation et le manque de courage politique chez le PM pour se démettre, conduisent à un immobilisme total de ce Gouvernement en qui personne  n’a plus confiance. Les initiatives qu’ils prennent pour le Nord sont des fuites en avant ou des attitudes de capitulation ou de déni de souveraineté. Ainsi, faute d’idées et d’engagement, le Chef de l ‘Etat a délégué à son homologue d’Algérie le pouvoir de combler les lacunes de la feuille de route du Mali!

 

 

Pensez-vous franchement que le nord, plus précisément Kidal, peut revenir dans le giron malien pour former l’Etat unifié d’antan ou d’avant le 17 mai 2014?
Kidal peut revenir dans le giron du Mali à condition que le dossier soit pris en main par des gens sérieux et qu’un dialogue franc soit entamé avec les rebelles avec l’implication de la communauté internationale. C’est quand le Mali est défendu par des gens à la hauteur de la tâche, qui peuvent interpeller la communauté internationale sur sa responsabilité dans le respect des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité toutes favorables au Mali, c’est à ce moment qu’on peut imposer nos vues. De tout temps, pour qui sait où il va, chaque jour est comme un cadeau du ciel. Il faut que le Mali sache où il va!
Si vous étiez président de la République, comment auriez-vous mené les négociations avec les groupes armés?
Si j’étais Président, l’amateurisme n’aurait pas droit de cité dans la crise du Nord. Dès mon élection, j’aurais pris l’Accord de OUAGA en exigeant que ses pertinentes clauses bien favorables au Mali soient immédiatement appliquées. Ainsi, je me montrerais INTRAITABLE sur le cantonnement des rebelles. Une fois cela réussi, deux mois après la formation du Gouvernement j’aurais engagé les négociations……comme prévu.

 

Quel est votre avis sur les scandales qui ont éclaboussé la République  pendant ces 12 derniers mois, entre autres achat de l’avion, affaire Tomi, contrat d’armement, débâcle de l’armée à Kidal?
C’est le second point d’échec du quinquennat. Ce qui manque le plus à IBK, c’est l’humilité. Ce qui caractérise le plus Moussa MARA, c’est la suffisance et l’arrogance. Ces attitudes et comportements sont ce que Dieu abhorre le plus, d’après l’Islam.  En effet, comment dans un pays où « Les bataillons formés par la mission européenne disposent d’un fusil par homme, les troupes présentes dans le Nord d’un fusil pour deux hommes, et celles stationnées à Bamako, d’un fusil pour trois hommes. » — Soumeylou Boubeye Maïga, Ministre de la défense (Jeune Afrique No 2783 / 11-17 Mai 2014) », un chef qui a souci de son pays et de son armée peut se permettre ce que IBK a osé faire?? Comment, pour son confort personnel on peut engloutir 20 milliards dans un avion au moment où tes soldats n’ont pas la moindre arme pour se défendre a fortiori défendre tes concitoyens? Comment peut-on oser exposer tant de luxe quand son pays est un grand mendiant devant l’Eternel? Comment un PM présomptueux, à qui des soldats disent à Kidal le 17 mai qu’ils n’ont pas à manger à leur faim depuis leur arrivée,  peut-il les engager dans une guerre improvisée et ne pas être désavoué par le chef suprême des armées?
On se rappelle encore, en se couvrant de ridicule, ce « documentaire sidérant de « C dans l’air » montrant récemment le ridicule de l’armée malienne, obligée de s’entraîner… sans aucune balle, avec des soldats criant « poum-poum » pour faire le bruit de leurs armes vides…. Séquence incroyable expliquant toute l’inanité à croire qu’une telle armée pourrait freiner une offensive de 4×4 munis d’affûts de DCA capables de tirer bien au-delà de la portée de leurs Kalachnikov » Comment, quand on a une armée si démunie et qu’on parle de redonner sa dignité et son honneur au Mali, on peut gaspiller les maigres ressources du pays à des dépenses aussi peu urgentes que ce que fait le régime aujourd’hui?
En parlant de l’affaire TOMI, on doit se rappeler que dans un premier temps, le régime est monté sur ses grands chevaux pour menacer de porter plainte….avant de se dégonfler. Ensuite, le Chef de l’Etat, devant ses compatriotes, en Côte d’Ivoire, avait clairement dit qu’il ne connaissait pas l’homme, TOMI, c’était en fin mars 2014. Mais peu de temps après, dans une interview à Jeune Afrique (J.A No 2783 du 11 au 17 mai 2014) le même IBK déclare » je considère Tomi comme un frère….. »Du coup, on ne sera plus surpris d’apprendre que le régime a pu passer par les services du mafioso Tomi pour gérer la sécurité du Président. Mais la conséquence, c’est la perte de crédibilité auprès de nos principaux partenaires.
Le Mali est sous le coup de sanctions émanant du FMI, de la Banque mondiale, de l’Union européenne à cause de l’achat d’avion et du contrat d’armement. Que proposez-vous pour sortir de cette situation qui affecte le pays ?
Comme vous le savez, il y a eu beaucoup de mensonges d’Etat autour de l’achat de l’avion du Président. Dans un premier temps, on a voulu tout cacher au FMI, comme si cela était possible. Ensuite, pour se justifier, on a fait recours à un improbable prêt que la BDM-SA aurait accordé à l’Etat…et, le Pouvoir, toute honte bue, nous fait découvrir dans le budget rectifié adopté par l’Assemblée Nationale le 25 août 2014  que c’est plutôt du cash: 5,5 milliards d’abord puis 14,5 milliards. Et on s’étonne après que le FMI, la BM et l’UE nous demandent des comptes. Comment on peut passer tout son temps à mendier et après se comporter comme si on est le Trésor du Monde?? Pour nous en sortir, il faut qu’on montre une gestion de responsabilité des maigres sous du pays, qu’on sache faire les priorités. Et, gage de bonne volonté: qu’on propose aux partenaires la vente des deux avions dont on peut se passer pour au moins deux ans. Nous devons, à l’égard de nos partenaires nous montrer rigoureux lors de la prochaine mission du FMI en répondant  clairement aux questions de l’institution financière, en les rassurant de la transparence dans la passation des marchés publics.
Qu’est-ce que les partis de l’opposition ont fait concrètement pour constituer un contrepoids au pouvoir d’IBK et éviter au pays la situation qu’il vit actuellement ?
Ce qu’ont fait les partis d’opposition? D’abord donner un temps d’observation, genre période de grâce, pour voir le président à l’œuvre et donner le temps à ceux qui ont voté de voir les conséquences de leur vote. Ensuite, on a alerté après avoir constaté les faits graves d’insouciance gouvernementale dans les priorités du pays. Puis on a dénoncé. Et maintenant nous en appelons au Peuple pour qu’il se lève et dise non à cette façon de gouverner et de dépenser nos maigres ressources. C’est dans ce cadre qu’à l’occasion du 1er anniversaire de l’arrivée d’IBK au pouvoir, l’Opposition entend organiser au Mali et à l’extérieur des manifestations de dénonciation du régime pour son incurie, sa gabegie, son manque de sens des priorités,  son amateurisme et son pilotage à vue.

 
Quelles solutions préconisez-vous pour une sortie définitive de la crise ?
Solutions de sortie de crise? IBK se remet en cause et inverse les priorités: le Mali d’abord, son propre confort et les intérêts de sa famille en arrière-plan. Dans le concret, cela suggère qu’il desserre l’étau de l’emprise familiale sur l’Etat et que ses dépenses de caprice laissent place à ce qui empêche les Maliens de dormir: une solution viable au problème du Nord, la baisse du coût de la vie, une armée bien équipée, une bonne collaboration avec nos partenaires techniques et financiers. Après tout cela on peut organiser des séances de prières pour le Mali, en n’oubliant pas que Dieu est pour tout le monde, et ceux qui font du bien, et ceux qui font du mal. Et IL les écoute tous. Il faut, parlant de prières, dénoncer la DÉMAGOGIE du pouvoir et SA volonté d’instrumentalisation de la religion. Il faut vraiment écarter la religion de la sphère de la gestion d’Etat!

 


Le Parena en tout cas, tout en priant pour le Mali, lance un APPEL MILITANT, car l’Homme est le Boulanger de sa vie: « Nous  invitons tous les Maliens qui sont indignés par la gestion patrimoniale du pays, tous ceux qui sont inquiets par la mauvaise gestion de la question du Nord,  tous les déçus de la nouvelle gouvernance et tous ceux qui sont choqués et dégoûtés par le pillage des maigres ressources du pays et la passation ininterrompue de marchés opaques à ne pas se décourager, à se mobiliser, à résister,  à nous rejoindre pour obliger le Président à changer d’orientation, de cap, à inverser les priorités,  à mettre fin aux dépenses ruineuses de prestige et à desserrer l’étau  de sa famille sur le Gouvernement,  l’Assemblée Nationale et l’Administration. ».

 
Au moment ou l’Opposition politique décide d’organiser un grand meeting le dimanche 07 septembre à partir de 09 h, au Palais de la Culture, je lance un appel de mobilisation à tous ceux qui disent aujourd’hui » on en a marre! » ou « ANFILILA » à se joindre à nous pour dire à IBK, dans un Palais de la Culture plein comme un œuf, le message approprié : « MONSIEUR LE PRÉSIDENT VOUS NE POUVEZ PLUS CONTINUER À GÉRER LE MALI COMME UNE PROPRIÉTÉ PRIVÉE! »

 

Réalisée par Sékou Tamboura
Source: L’Aube du 04 sept 2014

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.