MAJOR IBRAHIM CAMARA, chef central des eaux et forêts à KOUTIALA « Le phénomène qui favorise la déforestation à Koutiala, c’est l’implantation des multitudes d’usines qui fonctionnent avec du bois »

La déforestation est une forte menace pour l’environnement. A Koutiala, le phénomène prend de l’ampleur avec la coupe abusive des arbres sans aucune mesure de reboisement. L’adjudant-chef major des Eaux et Forêts Ibrahim Camara estime que cela est dû aux usines qui s’implantent à Koutiala et qui fonctionnent à base de bois. Or pour avoir du bois, il faut couper des arbres et détruire la forêt en conséquence.

Mali Tribune : Quel est l’état de la forêt de Koutiala ? 

Major Ibrahim Camara : Au Mali, selon la politique forestière, il a été constaté que chaque année c’est 500 000 hectares de forêts sont détruites. Pour le cas de Koutiala c’est encore pire. Koutiala est une zone d’agriculture par excellence mais le phénomène qui favorise la déforestation c’est l’implantation des usines qui fonctionnent avec du bois. D’après nos enquêtes la quasi-totalité de ces usines fonctionnant avec du bois. Chose qui favorise la déforestation rapide. Du coup la situation sur la déforestation devient alarmante.

 

Mali Tribune : Quelles sont les conséquences de cette déforestation?

I.C. : La déforestation a toujours des conséquences. Parce qu’il faut comprendre par-là que cela compromet le développement durable, provoque la dégradation des terres, l’érosion hydrique et éolienne et c’est une menace très dure sur notre équilibre environnementale.

 

Mali Tribune : Que doit-on faire pour lutter contre ce phénomène?

I.C.: Le Mali est un pays dont les 2/3 de sa couverture végétale est le Sahara. Avec le changement climatique en plein progrès, il faut réduire la grande exploitation agricole. Parce que Koutiala déjà c’est une zone d’excellence en agriculture d’où l’appellation” la capitale de ‘’l’Or blanc”. Qui parle de la culture du coton est obligé d’aménager plusieurs espaces. Or ces facteurs favorisent la déforestation. En plus, il faut inviter la population à travers les campagnes de reboisement et faire des suivis permanents pour la survie de ses arbres.

Propos recueillis par

Abdoulaye Samaké

(correspondant à Koutiala)

Mali Tribune

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.