Azarock Ag Innaborchad : « Nous continuerons tant que l’injustice et l’exclusion persisteront »

Les autorités intérimaires à Tombouctou et à Taoudéni ont été installées le 20 avril dernier après plus d’un mois de blocage.

interview entretien questions reponses

Azarock Ag Innaborchad, président du Congrès pour la justice dans l’Azawad (CJA), revient pour Journal du Mali sur les raisons qui ont permis de débloquer la situation.
 Les autorités intérimaires sont enfin installées à Tombouctou. Le CJA a-t-il eu satisfaction de toutes ses doléances ?

Nous n’avons même pas eu la moitié de ce que nous demandions. Notre sentiment c’est que c’est injuste et nous continuerons nos revendications tant que l’injustice et l’exclusion persisteront. Nous espérons néanmoins que c’est un début et que les choses viendront petit à petit. Nous porterons ces revendications à tous les niveaux où cela peut être examiné avec bienveillance. Ce qui nous intéresse surtout c’est d’être dans le processus de paix, c’est ce qui nous garantira d’être vraiment dans l’inclusivité.

 Qu’est-ce qui vous a finalement décidé ?

Nous sommes avec les communautés et je pense que tout le monde commençait à être fatigué. Les autorités maliennes ont plus ou moins promis d’aller vers l’apaisement et vers la satisfaction des désidératas de la majorité, y compris du CJA. Il fallait commencer à leur faire confiance. La plupart pensait que le blocage venait du CJA. On ne pouvait pas continuer à porter seul le chapeau. Nous avons aussi obtenu une grande visibilité, le CJA est maintenant un mouvement reconnu, aussi pour son assise sociale et populaire diversifiée.

 L’action du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga y est-elle pour quelque chose ?

Il y a une communauté de vue avec le Premier ministre qui a rencontré toutes les parties à Tombouctou et Taoudéni. Les gens ne cherchent pas l’impossible, ils cherchent à être inclus dans le processus. Il a trouvé que c’était parfaitement normal. Il a fait des promesses et quand il a eu la possibilité de les satisfaire, il l’a fait sans attendre inutilement. Je crois que c’est quelqu’un qui a une bonne compréhension des enjeux.

 Est-ce une victoire de la CMA qui a placé un homme à elle à Tombouctou ?

On n’a pas besoin d’être un analyste averti pour comprendre que l’un des objectifs de la CMA, avec les autorités intérimaires, c’est de concrétiser leur idée de l’Azawad. Je ne dirai pas que c’est la victoire de la CMA, mais la victoire du système. La CMA c’est l’appui inconditionnel de la communauté internationale. Le gouvernement est obligé de respecter et d’aller dans le sens des dispositions de l’accord qu’il a signé. La CMA joue sur ça pour le mettre en défaut et la communauté internationale étant garante de tout ça a besoin d’avancer.

 

Source: journaldumali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *