Vouloir faire porter aux autres la responsabilité de ses propres fautes, une logique absurde

Par une nuit sombre avec des vents violents, un groupe de criminels féroces attaqua un village, et dans une famille se firent entendre de grands bruits et des tirs, tandis que les flammes s’élevaient dans le ciel. Face au drame, certaines personnes du village non seulement restèrent les bras croisés, mais dirent également froidement : « Cette famille a certainement dû irriter les criminels, et maintenant ils se vengent sur eux ». Mais, de manière inattendue, les personnes attaquées résistèrent et jurèrent de ne pas reculer et de se battre jusqu’à la mort, et les criminels ne purent pas continuer d’attaquer pendant longtemps, et ils se sont tournèrent alors vers d’autres endroits. Qui aurait cru que les portes des gens qui étaient restés là à regarder étaient grandes ouvertes et qu’ils ne s’étaient pas préparés à faire face, permettant aux criminels d’entrer et de les massacrer à leur guise, faisant de nombreuses victimes. A ce moment-là, ces personnes qui souffraient et mouraient, oubliant ce qui venait de se passer, se plaignirent que ceux qui avaient d’abord combattu avec acharnement pour résister n’attrapaient pas et ne détruisaient pas les criminels, et demandèrent même à ceux qui s’étaient battus pour résister de compenser leurs propres pertes…

Ne trouvez-vous pas que cette intrigue ressemble à la situation dans laquelle le COVID-19 fait rage dans le monde ?

Aujourd’hui, la situation épidémique aux États-Unis est toujours sombre, avec le plus grand nombre de cas diagnostiqués et de décès dans le monde, et la cruelle réalité de l’échec qui leur fait face est là. Mais afin de se dérober à leurs responsabilités et de détourner l’attention, certains politiciens américains ont d’abord porté diverses accusations, affirmant que « la Chine a dissimulé l’épidémie » et que « le virus s’est échappé d’un laboratoire chinois ». Ces déclarations non fondées ont été contredites à plusieurs reprises par des faits indiscutables et réfutées à plusieurs reprises par des scientifiques et des experts médicaux de divers pays. Ce sont des non-sens qui ont été reconnus par le public. Récemment, des politiciens américains ont changé d’avis, affirmant que la propagation de l’épidémie mondiale est due au fait que la Chine n’a pas contrôlé le virus, soutenant que « l’incompétence du gouvernement chinois a fait souffrir le monde entier ». Quelle est cette curieuse logique? C’est la logique de l’histoire de fiction que nous venons de vous raconter ! C’est une logique déraisonnable et absurde qui consiste à faire porter le chapeau aux autres !

Face à une flambée soudaine d’une maladie infectieuse majeure, tout le monde veut l’éteindre d’un seul coup, mais personne ne peut le garantir, c’est le bon sens même et la logique normale. De plus, le nouveau coronavirus est un virus totalement nouveau. Les humains ignorent ses caractéristiques de transmission et son mécanisme pathogène, et son caractère sans précédent fait qu’il est difficile à prévenir et à contrôler. La Chine a signalé pour la première fois l’épidémie, mais le moment et l’endroit où le nouveau coronavirus a commencé à se propager d’une personne à l’autre ne sont toujours pas connus avec certitude. Confrontée à l’épidémie de maladie infectieuse avec la propagation la plus rapide, le plus large éventail d’infections et les plus difficiles à prévenir et à contrôler depuis la fondation de la République populaire de Chine, Beijing a fait de la lutte contre l’épidémie une priorité absolue. Le Secrétaire général Xi Jinping l’a personnellement dirigée pour lancer l’effort national de guerre de prévention et de contrôle de la maladie. La Chine a accordé la priorité à la sécurité de la vie et à la santé physique des personnes, placé Wuhan et le Hubei au premier rang des priorités, mis en avant des exigences claires en matière de non-prolifération interne et externe de production de défense contre l’épidémie, et pris de manière décisive une série de mesures de prévention et de contrôle. En un peu plus d’un mois de temps, la Chine a d’abord stoppé la propagation de l’épidémie, il a fallu environ deux mois pour réduire le nombre de nouveaux cas locaux à un seul chiffre, et il a fallu environ trois mois pour obtenir les résultats décisifs de la guerre de défense à Wuhan et dans le Hubei et contrôler efficacement la situation épidémique. La Chine est un grand pays avec une population d’1,4 milliard d’habitants, c’est dire s’il a été extrêmement difficile de contrôler l’épidémie en si peu de temps. Comme l’ont dit de nombreux médias internationaux et personnes étrangères, « le succès de la Chine dans la lutte contre l’épidémie est incontestable ». La guerre anti-épidémique de la Chine a empêché la propagation de l’épidémie, a effectivement coupé la chaîne de transmission du virus, apportant une contribution majeure à la lutte contre l’épidémie dans le monde.

Après le déclenchement de l’épidémie en Chine, les responsables américains ont salué à plusieurs reprises les mesures anti-épidémiques prises par Beijing, disant que « La Chine est très professionnelle, elle n’a rien laissé hors de contrôle », « La Chine a travaillé dur pour contenir le coronavirus, les États-Unis apprécient hautement ses efforts et sa transparence », « La Chine a mis en œuvre une discipline stricte, ce sera une action très réussie ». La Chine a fermé les canaux de sortie de Wuhan le 23 janvier, aucun vol commercial n’a quitté Wuhan du 24 janvier au 8 avril, et aucun train n’est sorti de la ville. Le 31 janvier, le gouvernement américain a pris l’initiative d’annoncer que les trois principales compagnies aériennes américaines avaient suspendu leurs vols directs entre la Chine et les États-Unis. Le 2 février, les citoyens chinois et les étrangers qui s’étaient rendus en Chine au cours des 14 derniers jours se sont vus complètement interdire d’entrer aux États-Unis. Washington semble penser qu’avec deux choses en place, les efforts de la Chine pour prévenir et contrôler le virus, puis la coupure des liaisons aériennes entre la Chine et les États-Unis, les États-Unis pouvaient s’asseoir et se détendre. Tout cela était évidemment contraire au sens commun de l’épidémiologie, c’était un vœu pieux, et il était extrêmement dangereux de développer une stratégie de réponse en conséquence. Les faits ont prouvé que les États-Unis ont raté la fenêtre temporelle pour la lutte contre l’épidémie ouverte par la Chine : une étude de l’Université Columbia a révélé que des retards dans les mesures sociales restrictives aux États-Unis avaient causé la perte de dizaines de milliers de vies ; si des mesures sociales restrictives avaient été mises en œuvre ne serait-ce qu’une semaine plus tôt, 36 000 vies supplémentaires auraient pu être sauvées ; si des mesures sociales restrictives avaient été mises en œuvre deux semaines à l’avance, 83% des patients décédés du COVID-19 auraient survécu.

Aux États-Unis, certaines personnes ne comprennent pas et se disent : « Pourquoi l’épidémie a-t-elle éclaté à Wuhan ? Pourquoi ne s’est-elle pas diffusée en Chine alors qu’elle s’est propagée à toutes les parties du monde ? ». Si elles ne comprennent vraiment pas, il est facile de le leur expliquer. Il est hélas à craindre qu’elles questionnent à dessein sur une chose que tout le monde sait, c’est en quelque sorte un stratagème.

Les efforts nationaux de la Chine pour lutter contre l’épidémie ne sont pas que des mots, mais des ordres fermes et clairs mis en œuvre sans faillir par toute une nation. Ce fut le « confinement d’une ville », Wuhan, avec plus d’une dizaine de millions d’habitants et le « confinement d’une province », le Hubei, avec plus de 60 millions d’habitants. Ce fut aussi une mobilisation et un soutien à grande échelle de personnel et de matériaux venus de tout le pays. Ce fut un traitement gratuit des malades, quel qu’en soit le prix. Ce fut une prévention et un contrôle conjoints et une prévention et un contrôle collectifs de toutes les communautés dans les zones urbaines et rurales du pays. Ce sont 1,4 milliard de personnes qui ont porté volontairement un masque, se sont fréquemment lavé les mains et ne se sont pas rassemblés… aux yeux de certains Américains qui ne comprennent pas la Chine, ces mesures peuvent peut-être sembler incroyables, mais c’est vraiment ce qui s’est passé en Chine. C’est pourquoi la Chine a pu contrôler efficacement l’épidémie à Wuhan et dans le Hubei, sans qu’elle se propage à d’autres provinces du pays à grande échelle, et encore moins qu’elle s’exporte à grande échelle à l’étranger.

Selon les médias étrangers, les statistiques épidémiques dans plusieurs grandes provinces canadiennes montrent que le virus a été introduit au Canada par des voyageurs américains. L’Australie a clairement indiqué à la mi-mars que 80% des cas avaient été importés de l’étranger ou avaient été en contact étroit avec des cas importés, la plupart provenant des États-Unis. Les derniers résultats de recherche publiés par l’Université de Tel Aviv en Israël montrent qu’environ 70% des cas dans le pays ont été infectés par des souches virales provenant des États-Unis. Une étude de l’Institut Pasteur en France a révélé que la source de la souche virale propagée en France est inconnue. Aucun des cas importés en Russie n’est venu de Chine. A Singapour, les cas importés de Chine représentent moins de 10%. L’Institut national des maladies infectieuses du Japon a déclaré que l’épidémie qui s’est propagée au Japon après mars ne provenait pas de la Chine. Après avoir étudié les souches virales portées par différents cas, différents instituts de recherche aux États-Unis sont parvenus à la même conclusion : elles sont très similaires aux souches virales portées par les voyageurs européens.

Les faits prouvent de manière irréfutable que la Chine a remporté un grand succès dans la lutte contre l’épidémie. Elle s’est non seulement montrée responsable de la sécurité et de la santé du peuple chinois, mais aussi de la santé publique mondiale. L’épidémie a provoqué une compétition entre se montrer responsable et assumer, et un test de moralité et de conscience. La Chine a toujours insisté sur le principe de mettre les gens au-dessus de tout et la santé au-dessus de tout, et a remis dans ce redoutable examen une « feuille d’examen chinoise » qui a suscité l’admiration du monde entier. Le peuple chinois espère sincèrement que les États-Unis pourront contrôler l’épidémie causée par le virus dès que possible. Mais dans le même temps, certains politiciens américains doivent aussi comprendre qu’essayer de faire porter le chapeau aux autres pour fuir leurs propres responsabilités, semer le trouble et chercher l’affrontement ne pourra pas faire changer la réalité des choses ; cela ne fera qu’exposer plus encore ce qu’ils veulent dissimuler, et ce faisant ils ne feront que s’humilier eux-mêmes davantage encore.

Zhong Sheng

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *