PRESIDENTIELLE FRANÇAISE : Pourquoi les Maliens doivent prier pour la défaite de Sarkozy

Le rôle de la France, sous Sarkozy, dans la crise du nord n’est qu’un secret de polichinelle. Le Mouvement National de libération de l’Azawad (Mnla) et les combattants touaregs venus de la Libye, auraient reçu des promesses fermes des pouvoirs publics français.

nicolas sarkozy ancien president france

Entre autres promesses, une République azawadienne, des moyens colossaux pour se débarrasser du sud du Mali… C’est en partie les raisons qui poussent certains de nos compatriotes du nord à saboter, chaque fois qu’ils le peuvent, les différents accords signés sous la bannière de la communauté internationale.

Malgré tout ce qui a été dit, Sarkozy demeure dans sa dynamique d’œuvrer pour la partition du Mali. Il ne le cache plus et le crie sur le toit du monde. Lors de l’émission politique de France2 dont il fut le 1er invité, Nicolas Sarkozy a prouvé d’une manière sournoise qu’il ne porte pas le Mali dans son cœur. A la fin de l’émission, notre confrère David Pujadas lui a proposé trois thèmes (voire trois crises sécuritaires dans le monde) sur lesquels il devait se prononcer au choix. Il choisit celui de la Syrie contre le Mali et la Libye.

Ce n’est pas surprenant. Mais ce qui est incompréhensible, c’est le mépris par lequel le challenger malheureux de François Hollande traite notre pays. Après avoir écarté le Mali dans son choix, il glisse ce passage : « je ne sais pas ce que l’armée française fait encore au Mali ». M. Pujadas répond : « Elle a empêché aux djihadistes d’occuper le Mali ». Fin du chapitre sur le plateau.

Mais, après le débat, la principale interrogation est de savoir ce que va faire Sarkozy s’il revient aux affaires en 2017? La réponse ne fait l’objet d’aucune ambigüité. Nicolas Sarkozy va tenir la promesse lors de son quinquennat (2007-2012). Il œuvrera pour la partition du Mali. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il affiche son hostilité à l’occasion de l’intervention française au Mali. Déjà, en 2013, Nicolas Sarkozy a farouchement critiqué l’opération de la France au Mali. « On ne va jamais dans un pays qui n’a pas de gouvernement », a-t-il affirmé avant de s’interroger sur les motifs de cette intervention. « Que fait-on là-bas? », se demande-t-il. Sa réponse ne laisse place à aucun doute. Il s’agit tout simplement de « soutenir des putschistes et tenter de contrôler un territoire trois fois plus grand que la France avec 4000 hommes ». A l’époque, beaucoup d’observateurs voyaient dans les propos de Nicolas Sarkozy, le comportement d’ancien président ayant perdu le pouvoir, un aigri en d’autres termes. Mais la réalité va au-delà de la réaction d’un opposant politique.

Sarkozy n’aime pas notre pays, et ne se gêne plus à le manifester même quand il est en campagne pour un nouveau mandat présidentiel. C’est du sérieux. Nicolas Sarkozy veut probablement la fin de la République du Mali. Et il n’hésitera pas à en faire sa priorité en Afrique si les français lui accordent une nouvelle fois leur confiance.

Certes Sarkozy n’est pas Dieu, mais il est hanté par le démon du mal. C’est pourquoi du dernier au premier des Maliens, chacun doit prier pour la défaite de Nicolas Sarkozy à la présidentielle française en 2017.

Idrissa Maïga

Source : Le Repere

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *