Philippines: le président Duterte en Chine pour calmer les tensions

Mardi 18 octobre, le président des Philippines, Rodrigo Duterte, arrive à Xiamen dans le sud de la Chine avec une importante délégation notamment d’hommes d’affaires.

Rodrigo Duterte president Philippines

C’est une visite historique, selon la presse officielle chinoise et à Manille, on attend beaucoup de cette visite alors que le pays veut se rapprocher du voisin chinois. La Chine est le premier pays visité par le président philippin depuis son arrivée au pouvoir. Le gros dossier de la rencontre sera la mer de Chine méridionale, où aussi bien Pékin que Manille défendent leurs revendications territoriales.

avec nos correspondantes à Pékin et Manille, Heike Schmidt et Marianne Dardard

Les douanes chinoises ne brûlent plus des cargaisons entières de bananes philippines. Pékin a en effet levé son embargo contre les bananes, mais aussi les ananas. Pour charmer son nouvel ami Rodrigo Duterte, qui se targue du sang chinois qui coule dans ses veines, le gouvernement a eu aussi l’idée de proposer la construction d’autoroutes et de voies ferroviaires afin de développer les infrastructures défaillantes des Philippines. Or le président philippin vient accompagné de centaines d’hommes d’affaires, précisément pour trouver des investissements dans le secteur des infrastructures. A la clé, des contrats de plusieurs milliards de dollars pour la Chine.

Les eaux de la mer de Chine méridionale

Rodrigo Duterte, président des Philippines, le 16 octobre 2016.
REUTERS/Lean Daval Jr

Avant de devenir président, Rodrigo Duterte avait évoqué une possible exploration conjointe de la mer de Chine méridionale, en contrepartie de la construction de lignes de train par les Chinois. La question de la souveraineté maritime en mer de Chine méridionale est la principale pomme de discorde entre les deux pays. Les pêcheurs philippins réclament ainsi l’obtention de concessions pour leur permettre de retourner naviguer près des zones en conflit. Ce dossier est hautement délicat et une peau de banane sur laquelle Rodrigo Duterte risque de glisser à tout moment pendant sa visite d’Etat.

« Dès la prise de fonction du nouveau gouvernement le 30 juin, le président Rodrigo Duterte a fait savoir qu’il tournerait le dos aux Etats-Unis et qu’il se rapprochera de la Chine, rappelle Ye Qiang Directeur du Bureau de Pékin de l’Institut National pour les Etudes sur la mer de Chine méridionale. Après le verdict du 12 juillet [de la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye NDLR], il n’a pas trop insisté pour mettre la Chine sous pression. Nous jugeons cette attitude louable afin de trouver une issue positive pour le conflit en mer de Chine méridionale. D’ailleurs, il a choisi la Chine pour son premier voyage à l’étranger… La visite de Monsieur Duterte aidera à briser la glace afin de normaliser nos relations. Il sera question de coopération entre nous, y compris en mer de Chine méridionale… Les pêcheurs philippins dépendent de l’industrie de la pêche dans la zone disputée autour du Scarborough Shoal. Je pense donc que Pékin leur donnera l’autorisation d’y pêcher… Bien évidemment, cette visite d’Etat du président philippin est seulement la première étape pour améliorer la relation bilatérale. On est encore loin d’une alliance sino-philippine. »

Soutien à la politique anti-drogue de Duterte

Alors que l’Occident critique les dérapages de la campagne antidrogue meurtrière menée par le nouveau président philippin, le gouvernement chinois, lui, fait l’éloge de la détermination de Rodrigo Duterte. En signe de soutien, une entreprise chinoise a même promis un centre de désintoxication aux Philippines.

Aux Philippines, on juge que le pays a autant à gagner qu’à perdre face au géant chinois. Cela sera « à pile ou face », juge le site d’informations Rappler. Côté chinois, on estime que « les nuages se dissipent », déclarait récemment l’ambassadeur chinois à Manille. Pékin apprécie en effet les sorties fracassantes de Rodrigo Duterte contre l’allié traditionnel de son pays, les Etats-Unis.

 

Source: RFI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *