Le policier héros du Web en larmes à sa remise de médaille

L’émotion était à son comble place Beauvau samedi matin. Bernard Cazeneuve a décoré de la médaille de sécurité intérieure or, le fonctionnaire de police dont la voiture a été incendiée par des manifestants anti-flics quai Valmy, mercredi dernier. Kevin Philippy, 29 ans, bouleversé, est apparu en larmes. A la suite de son agression, le fonctionnaire s’était vu notifier dix jours d’interruption temporaire de travail.

fonctionnaire police france Kevin Philippy

Le ministre de l’Intérieur a salué “l’extrême maîtrise” des policiers, qui ont su conserver leur sang-froid, alors qu’ils étaient agressés par des manifestants “anti-flics”.Sa réaction, exemplaire, avait été largement saluée sur les réseaux sociaux.

LIRE AUSSI >>Ce que l’on sait de la voiture de police incendiée à Paris par des manifestants

Le président de la République, qui n’avait pas été annoncé à la cérémonie, était également présent.

Quatre autres membres des forces de police et de gendarmerie ont également été décorés. Parmi elles, Alison Barthélemy, qui se trouvait avec Kevin Philippy dans la voiture incendiée mercredi près de la place de la République.

“Intégré comme gardien de la paix”

“J’ai demandé au directeur général de la police nationale, en raison de l’image qu’il a donnée de l’institution, de bien vouloir prendre toutes dispositions pour que Kevin puisse être intégré comme gardien de la paix dans la police nationale”, a déclaré le ministre de l’Intérieur. Ce fonctionnaire de police, adjoint de sécurité, devait initialement quitter la police d’ici quelques mois, à l’issue de son contrat de cinq ans. De fait, il n’avait pas réussi le concours pour devenir gardien de la paix. L’enquête sur les circonstances de cet incendie est toujours en cours. Sur les cinq personnes interpellées mercredi, quatre personnes, toutes issues de la mouvance “antifa”, ont été déférées vendredi soir et seront présentées ce samedi au juge d’instruction. Sur les quatre suspects déférés, âgés de 18 à 32 ans, deux ont un casier judiciaire et trois avaient fait l’objet d’interdictions de manifester pour la journée de mobilisation de mardi contre la loi Travail, dans le cadre del’état d’urgence instauré après les attentats de novembre.

Source : Yahoo

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *