Le Japon dit non aux réfugiés

Shinzo Abe fait cette annonce devant l’Assemblée générale de l’ONU en réponse à l’exode des réfugiés du Moyen-Orient et de l’Afrique vers l’Europe.

Le Premier ministre japonais a affirmé que son pays fournira 1,5 milliard $ d’aide d’urgence aux réfugiés et pour la stabilisation des communautés confrontées à des bouleversements.

Shinzo Abe Premier ministre japonais discours

Mais parlant à des journalistes ce mardi soir, il a rejeté l’idée que le Japon ouvre ses portes à ceux qui fuient.

Pour Shinzo Abe, le pays devait d’abord faire face à ses défis internes pour lesquels il propose une politique économique visant à augmenter le PIB à un niveau record d’après-guerre, tout en renforçant le système de sécurité sociale pour soutenir les familles.

‘’Il y a beaucoup de choses que nous devons faire avant d’accepter les immigrés’’, a déclaré Shinzo Abe lors d’une conférence de presse.

Il a dit que le Japon va fournir 810 millions $ cette année pour l’aide d’urgence aux réfugiés et personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie et environ 750 millions $ pour les efforts de stabilisation au Moyen-Orient et en Afrique.

L’année dernière, le Japon a donné 181,6 M $ au HCR, ce qui en fait la deuxième nation la plus généreuse après les États-Unis.

Mais il a offert très peu ou pas de places pour la réinstallation des personnes fuyant la guerre civile syrienne.

Selon les données du ministère de la Justice, seulement 11 demandes d’asile sur un record de 5.000 ont été acceptées.

Certains font valoir que l’augmentation de l’immigration pourrait aider à arrêter une diminution de la population, qui est actuellement de 126 millions. Mais le premier ministre Abe dit être déterminé à veiller à ce que dans 50 ans, la population japonaise soit stabilisée à 100 millions d’habitants.

source : BBC

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *