Ils ont survécu à l’horreur de l’organisation Etat islamique

Des hommes, rescapés des tortures et exécutions perpétrées par les djihadistes de Daech, racontent leur calvaire. Ces miraculés témoignent de l’extrême violence de l’organisation.

terroristes etat islamique irak eiil

Un bandage blanc barre son cou. Khidir, 17 ans, originaire de Kocho en Irak, a survécu à une exécution de masse perpétrée par l’organisation Etat islamique. Son histoire, qu’il raconte à Foreign Policy, commence le 15 août, lorsque des djihadistes entrent dans son village. Le groupe d’hommes masqués et armés ordonne aux villageois de monter en voiture. On leur promet qu’ils seront conduits au Mont Sinjar, où se trouvent de nombreux Yézidis.

“On avait entendu qu’ils pourraient venir jusqu’au village, mais on ne croyait pas qu’ils le feraient”, raconte Khidir au journal américain. “Ils nous ont fait prendre un véhicule pour la mort.” Une fois sur place, les djihadistes forcent Khidir et une vingtaine d’autres hommes à se placer côte à côte, à genoux. Un à un, ils sont exécutés d’une balle dans la nuque, puis les djihadistes repartent.

Le coup manque Khidir qui est simplement blessé. Il reste alors couché, immobile, pendant deux heures avant de se relever. Un de ses voisins, blessé à une jambe, a lui aussi survécu à cette exécution sommaire. “Nous n’avions qu’un seul choix, nous devions fuir”. Après plusieurs heures de marche, les deux miraculés sont secourus par des Kurdes syriens avant d’être conduits au Kurdistan irakien.

Khidir n’a pas de nouvelles de son père et de ses quatre frères. Le jeune homme est persuadé qu’ils sont morts.

45 jours dans les geôles de Daech

Karam al-Masri, un activiste syrien, a passé six semaines entre les mains de l’organisation Etat islamique. Le Monde publie ce samedi son témoignage: “Les lieux étaient d’une saleté extrême et les poux y avaient élu domicile. Pour faire ses besoins, chaque détenu disposait d’une bouteille vide et d’un sac en plastique”, écrit notamment le jeune homme.

Il raconte également la torture (…) Lire la suite sur lexpress.fr

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.