Commerce extérieur: la France stagne, l’Allemagne décolle

Nicole Bricq ministre française Commerce extérieur Karel de Gucht Kirchberg commissaire européen Commerce  Luxembourg

Les chiffres du commerce extérieur français restent mauvais. Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur, à présenté le bilan de l’année 2013 ce vendredi 7 février : 6 milliards de moins de déficit en 2013 par rapport à 2012. Cependant le déficit commercial est encore de 61,2 milliards d’euros pour l’année dernière. En cause : la facture énergétique de la France qui pèse très lourd dans la balance des échanges. A l’inverse, en Allemagne, la balance bat des records avec des volumes d’exportations sans précédent.

En 2011, la France affichait un déficit extérieur record de 74 milliards d’euros. En 2013, le déficit a réduit de 17%. Ce recul est du au ralentissement des importations et non à l’augmentation des exportations. Ces dernières restent le point noir, avec un recul de 1,3%. Seuls trois secteurs sont porteurs.

« L’agroalimentaire avec +3,3%, la pharmacie avec +2,5% et l’aéronautique avec +1%, énumère la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq. Les grosses commandes enregistrées par Airbus à la fin de l’année 2013 compteront, mais plus tard. Ce sont les livraisons qui comptent, pas les commandes. »

Pour 2014, la ministre se veut optimiste, elle s’appuie sur les chiffres du Fonds monétaire international qui anticipe une croissance mondiale proche de 3,7% en 2014.

« Il y a une croissance mondiale des émergents à hauteur de 5%, rapporte Nicole Bricq. Il y a une bonne reprise aux Etats-Unis avec +3% et la zone euro repart en croissance. La France aussi : on table sur 1% de croissance en 2014. Je pense qu’on est en capacité de nous projeter dans cette reprise mondiale. »

Excédent commercial record en Allemagne

Avec notre correspondant à BerlinPascal Thibaut

A l’étranger, les excédents commerciaux font office de chiffon rouge. L’Allemagne est accusée d’exporter à tout crin au détriment de sa consommation intérieure. Les particuliers ayant moins à dépenser, ils n’achèteraient pas les produits étrangers pour soutenir des pays, notamment en Europe en crise. L’annonce que l’excédent commercial allemand a battu en 2013 un record historique avec près de 200 milliards d’euros, c’est du jamais vu depuis la création de la République fédérale d’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale.

Autant dire que cette annonce risque de relancer les critiques à l’étranger accusant les Allemands d’être trop égoïstes.

Les intéressés ont une autre lecture des statistiques. Le président de la Fédération du commerce extérieur allemand est déçu : « Nos exportations ont manqué de dynamisme en 2013 », analyse Anton Börner. Les exportations allemandes ont reculé l’an passé de… 0,2%. L’excédent historique s’explique donc par un recul plus fort des importations. Mais le commentaire fait un peu penser à un médaillé d’or aux JO effondré d’avoir réalisé un moins bon score que lors d’une précédente épreuve.

Les champions allemands du commerce extérieur devraient bientôt retrouver le sourire. 2014 devrait être un bon cru avec une croissance attendue des exportations de 4,5%. L’économie européenne doit reprendre des couleurs et soutenir les ventes allemandes. La demande américaine doit aussi augmenter.

rfi

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.