Lutte contre la crise climatique : Dr. Jonathan Pershing donne un aperçu de la politique internationale des Etats-Unis sur le climat

Le conseiller principal de l’envoyé spécial du département d’État pour le climat, Dr. Jonathan Pershing a animé la première conférence de presse du programme virtuel sur le climat organisé par le département d’État des Etats-Unis, en collaboration avec Meridian international center. Le thème de ladite conférence portait sur la politique internationale des Etats-Unis sur le climat. 

La première conférence de presse virtuelle a eu lieu le mardi 11 mai 2021 avec la participation des journalistes sélectionnés pour la circonstance. Dans son introduction, le conférencier Dr. Jonathan Pershing a donné un aperçu de la politique américaine en matière de climat, des réalisations du leader, le récent sommet des dirigeants sur le climat et la voie à suivre pour lutter contre la crise climatique en répondant aux exigences de la science.

Toutefois, Dr. Pershing n’a pas manqué d’attirer l’attention quant à l’urgence du problème. Il rappellera que la dernière fois que le monde a connu ce genre de changement significatif de température, d’énormes zones étaient soit sous la glace quand il faisait plus froid, soit couvertes d’eau quand il faisait légèrement plus chaud.  Pour lui, ce sont des changements massifs lorsque vous regardez les moyennes mondiales. « Et cela se produit à un rythme plus rapide que tout ce que nous n’avons jamais vu dans l’histoire géologique », s’alarme-t-il.

Cependant le conférencier pense que l’industrialisation a procuré des avantages substantiels, mais a en même temps elle a entraîné des dommages réels, des coûts et des conséquences réels. « Nous constatons des coûts en termes d’incendies de forêt. Ce sont déjà les conséquences du changement climatique, et encore moins l’augmentation que nous attendons au cours des 20 à 30 prochaines années », dit-il. Toutefois, Dr. Pershing reste convaincu que nous avons les moyens pour résoudre ce problème. Il estime que nous savons comment faire les choses à grande échelle et nous venons de le démontrer à travers la création des vaccins contre le Covid-19.  « Nous devons appliquer cette vision et cette capacité à ce problème, qui est peut-être aussi existentiel, sinon plus, pour la communauté mondiale », dit-il. Pour se faire, Dr. Pershing estime qu’il faut réduire les émissions de gaz à effet de serre qui proviennent principalement de l’énergie, mais aussi de l’utilisation des terres et de la foresterie et des activités industrielles. A l’en croire, le monde est beaucoup mieux servi en prenant ces mesures.

Dès le début de son mandat, le président américain a annoncé son intention de prendre vraiment au sérieux l’agenda climatique et de l’aborder de toute urgence.  Entre autres, il a remis les États-Unis dans l’accord de Paris, le pays a commencé à travailler sur sa propre stratégie à long terme, et il a tenu un sommet des dirigeants du monde le 22 avril, le jour de la Terre, pour vraiment porter à l’attention du monde son intention de contribuer à catalyser ce qu’il pense être des actions supplémentaires à l’échelle mondiale.

Lors de cette réunion, les Etats-Unis se sont engagés à une réduction de 50 à 52 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030. Il s’agit d’une augmentation significative par rapport à ce qu’ils étaient auparavant. Le conférencier se dit confiant que les Etats-Unis se dirigent vers un engagement à atteindre le zéro net d’ici 2050. « Nous nous dirigeons vers des actions que le président a mis dans des décrets qui appellent à la décarbonisation du système électrique américain d’ici 2035 en installant un nombre important de bornes de recharge ou de véhicules électriques, en mettant en place des programmes d’efficacité en matière de construction et en affectant des ressources à la reconstruction de l’économie américaine après le Covid et à la reconstruction de nos infrastructures de manière à faible ou à zéro émission de carbone », explique-t-il.

En effet, cette opportunité se présente cette année en partie à cause d’une importante réunion qui se tiendra en novembre à Glasgow, au Royaume-Uni, et l’ordre du jour de cette réunion est de vraiment réengager et reconfirmer les intentions de maintenir l’augmentation mondiale de la température à moins de 2 degrés au-dessus des niveaux préindustriels et de faire tous les efforts pour atteindre 1,5 degré.  Ainsi, L’objectif des États-Unis est d’essayer de résoudre ce problème et de le faire avec autant de rapidité et d’efficacité que possible, ne pas laisser les gens derrière. Parce qu’il y a une transition ici.  Et la transition ne peut pas se permettre d’exclure les gens, a-t-il conclu.

A souligner que Dr. Jonathan Pershing a été le principal négociateur américain de la convention cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques sous l’administration Obama. Il a également été Conseiller principal en matière du climat auprès du Secrétaire américain à l’Energie.

Ibrahima Ndiaye  

 

Source: Mali Tribune
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.