Évacuation des déchets solides de Bamako et Kati : Les travaux lancés

Le premier ministre de la transition, Dr Choguel Kokalla Maïga a donné le coup d’envoi des Travaux d’évacuation des déchets solides de Bamako et Kati, hier mardi 22 juin 2021, au dépôt de transit des déchets du CFP de Médine. C’était en présence de plusieurs membres du gouvernement dont le ministre en charge de l’Environnement de l’Assainissement et du Développement durable, M. Modibo Koné.

Lancés pour la deuxième fois au cours de cette transition,  les travaux de d’évacuation des déchets solides concerneront la ville de Bamako et Kati, des localités qui produisent beaucoup plus  d’ordure.

Selon les données du ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du développement durable, la seule ville de Bamako dépasse les 3 000 m3/jour, alors que c’est seulement 40% de cette production journalière qui est évacuée vers les lieux de dépôt. En tout, il faut noter  2 239 350 mètre cubes sur l’ensemble des dépôts  à la date  du 15 juin dernier.

C’est pourquoi, le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, M. Modibo Koné a apprécié l’importance de la présente cérémonie de lancement des travaux d’évacuation des déchets solides de Bamako et de Kati. Cela,  surtout que  la gestion des déchets participe, selon lui,  à la protection de l’environnement ainsi que la santé des populations.

Les problèmes qui ont fait que le Mali s’est retrouvé dans conditions d’insalubrité sont entre autres, selon le ministre de tutelle : l’insuffisance d’infrastructures adéquates de gestion des déchets (dépôts de transit et décharges finales répondant aux normes), d’unités de transformation et de véritables politiques pour ce sous-secteur de l’assainissement.

Il a aussi cité la multiplicité des intervenants et l’insuffisance de coordination ; l’incivisme des populations, le faible niveau d’implication des collectivités territoriales dans les activités d’assainissement ; la récurrente question du financement du sous-secteur et l’insuffisance des moyens matériels et humains ainsi que l’insuffisance dans la valorisation des déchets.

Pour donc apporter une réponse claire à ces préoccupations, l’accès et la fourniture des services d’assainissement ont été introduits dans les priorités des différents gouvernements de la République du Mali en général et celui de la transition en particulier. En effet,  Dr Choguel Kokalla Maïga dit avoir déjà donné des instructions claires à ses collègues pour  que les discours soient conformes aux actions. « J’ai instruit au ministre en charge du secteur avec ses collègues de mettre ensemble une équipe ad hoc appuyée par les partenaires financiers, par tous les acteurs, les maires, les chefs des quartiers, les organisations de jeunes pour faire en sorte que le malien puisse croire que Bamako peut être débarrassé de ces ordures. Si cela est fait, ça donnera un exemple et les citoyens vont croire à la parole publique » a-t-il indiqué avant d’ajouter « c’est pour cela que nous suivrons de très près ce qui va se passer après cette cérémonie pour que les gens n’aient pas l’impression qu’on est venu juste monter sur des grosses machines, pour les films, pour les photos et c’est terminé ».

Par ailleurs, Dr Choguel Kokalla Maïga a souhaité que ces actions soient comprises, acceptées et accompagnées par la population. C’est-à-dire que les ordures doivent être déposées là où c’est prévu de les déposer et  il appartient, selon lui,  aux autorités compétentes de les évacuer.

De leur côté, les partenaires techniques et financiers ont concédé ce problème comme une question de l’environnement en général. C’est pourquoi, ils ont rassuré de leur soutien et accompagnement auprès des autorités de la transition

Pour finir, leur représentant a fait savoir que lorsqu’un  gouvernement qui est censé s’occuper de sécurité et d’élection comme priorité se retrouve sur d’autres fronts, cela veut dire que cette transition veut s’occuper du quotidien des Maliens.

Issa Djiguiba

Source: Journal le Pays- Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.