CURAGE DES CANIVEAUX : A QUI PROFITE LE BUSINESS DE L’INSALUBRITÉ A BAMAKO ?

Comme chaque année, les débuts d’hivernages sont marqués par des ‘’vastes opérations de curage’’ à travers la capitale à des coûts considérables sans grand impact sur la problématique de l’assainissement de la ville de Bamako qui demeure confronté à des risques d’inondation. Comme un mythe de Sisyphe, cette campagne de libération des caniveaux et collecteurs semble profiter à la fois aux victimes et responsables du phénomène.

Les résultats de la mise en œuvre de la convention de propreté de la ville de Bamako nourrissent la déception des populations et de la Mairie du District de Bamako depuis six ans. Les routes dans la capitale sont marquées par des montagnes d’ordures qui attendent toujours d’être évacuées.

En 2017, il a été lancé un très vaste programme de curage de 227 km de caniveaux, de collecteurs et autres traversées de chaussés, ont coûté plus de 1,141 milliards de FCFA, à en croire la Cellule Technique d’Appui aux Collectivités (CTAC), cheville ouvrière des opérations.

L’année qui a suivi, les trois phases qui ont concerné les points noirs et très sensibles susceptibles de provoquer des (…)

A.A.D

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.