Orientation des admis aux examens : Le butin comme clé de répartition?

Telle était une pratique qui n’a pas l’air de changer au moment où tous aspirent un changement. Après la sécurisation dite des examens de fin d’année 2021-2022, seule Madame la ministre, Dédéou Ousmane détient l’autre clé de sécurisation. Cette clé s’appelle, clé de répartition des passants et passantes aux examens. Elle est entourée d’un mystère dont le cabinet du ministère est le seul maître.

A ce que l’on sache, même s’il y a des critères pour prétendre avoir des élèves chez soit, nous osons dire qu’elles sont foulés au pied. En tant que syndicaliste de l’éducation, madame la ministre, Dédéou le sait plus que tous. A moins qu’elle ferme les yeux sinon, il faut passer à table forcément pour avoir une pléthore d’élèves dans son établissement. Si certains lycées ou établissements professionnels sont pléthoriques, il faut reconnaître que d’autres sont en phase de fermeture faute d’élèves orientés. Car, au département, la « marchandise » appartienne aux plus offrants. Cette pratique est connue au département de l’éducation depuis des années et n’à pas tendance de changer. Pourtant, depuis l’arrivée de l’actuelle ministre qui a fait des ‘’boucans’’ dissuasifs pour la sécurité des examens n’a jamais fait mention même dans un communiqué pour encore dissuader les commendataires de cette mauvaise pratique. Certes, elle pense que les examens se sont bien passés mais, elle a à côté d’elle, le bout de l’autre tunnel de sécurité pour corriger une injustice qui pèse sur des établissements dont certains sont très honorables. Malheureusement, depuis quelques semaines, que de vas et viens des promoteurs d’écoles au département. Que ceux ou celles qui n’ont pas leur sacoche remplie de butin se ‘’cassent’’. ‘’Taisez-vous, la campagne de l’année est ouverte. Passez les mains sous la table et dormez tranquille d’ici le jour-J, tout se passera en merveille’’. Les établissements pauvres dorment sur une seule oreille en attendant le peu qui reste. D’autres se livrent à des prières pensant qu’on parle de Mali…koura.

maliafrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.