Mali : le CNT adopte un projet de création d’universités lancé par l’ex-président IBK

(Agence Ecofin) – En 2015, le gouvernement de l’ex-président Ibrahim Boubacar Keïta avait annoncé la création d’universités dans les villes de Tombouctou, Gao et Sikasso. 8 années plus tard, les nouvelles autorités de Bamako valident les textes, en vue de la réalisation du projet

Le Conseil national de Transition du Mali (CNT) réuni en sa séance plénière le jeudi 16 juin a adopté, à l’unanimité, les textes de création de trois nouvelles universités dans les villes de Tombouctou, Gao et Sikasso. L’aval du CNT marque une étape primordiale dans la mise en œuvre de ce projet, dont le coût est évalué à 203 milliards FCFA (326 millions de dollars).

Le projet avait été entamé sous la gouvernance de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) en août 2015, deux années après son accession au pouvoir. Mountaga Tall, alors ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, avait annoncé le projet entrepris avec une série de mesures dont entre autres, le recrutement massif d’enseignants du supérieur et la mise en place de formation continue pour renforcer leurs compétences.

Pour le CNT comme pour le gouvernement IBK, la création de ces trois universités répond avant tout à l’urgence d’accroître les offres de formation universitaire, afin de régler le défi de surpopulation dans les universités et de s’arrimer aux standards internationaux en matière de ratio enseignants-étudiants. Aussi, ces universités permettront de rapprocher les formations des étudiants en accord avec le projet gouvernemental qui ambitionne de construire au moins une université dans toutes les régions du Mali.

Pour l’heure, aucune échéance n’a été donnée pour la réalisation de ce projet. De même, les spécificités en rapport aux programmes de formation n’ont pas été dévoilées. Cependant, selon la presse malienne, les universités de Tombouctou et de Gao pourraient être généralistes tandis que celle de Sikasso sera axée sur l’agronomie.

Vanessa Ngono Atangana

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.