Mr le président, et si vous sortiez des sentiers dé… battus !

IBK ibrahim boubacar keita rpm

Dans le contexte actuel, manqué d’une part, par la suspension de tous les programmes budgétaires –jusqu’au moins en septembre prochain –et, autre part, par le lancement dans quelques jours, des négociations avec les groupes armés, IBK doit, pour une fois, tomber la veste et le boubou, se mettre en bras de chemise et prendre des mesures vigoureuses pour sortir le Mali de cette impasse.

D’abord, donner du tonus à sa communication qu’il a, lui –même, qualifiée de ‘‘lamentable’’.

Pour ce faire, il doit mettre en place deux bonnes cellules de communication.

Composée de journalistes émérites, la première sera installée à la présidence de la République.

Sa mission : expliquer, de jour comme de nuit, les décisions prises par le Chef de l’Etat ; mais aussi, organiser –au moins une fois par mois –une conférence de presse avec l’ensemble des membres du gouvernement. Conférence au cours de laquelle, chaque ministre s’expliquera sur les projets initiés par son département.

Travaillant de concert avec la première, la seconde cellule de communication sera composée de directeurs de publication, de directeurs de télévision et de radios opérant dans le privé.

Triés sur le volet, ils auront pour mission d’expliquer et de relayer les décisions prises par le gouvernement, dans leurs médias respectifs ; mais aussi, à travers leurs antennes de l’intérieur. Dotée de moyens conséquents, cette cellule travaillent, directement, avec la présidence de la République. Ses membres peuvent, aussi, accompagner le président de la République à l’intérieur, comme à l’extérieur. Afin de donner un large écho à ces missions.

Ensuite, s’attacher les services d’un cabinet international en communication. Disposant de ses entrées dans les médias internationaux, celui –ci aura la lourde mission de faire entendre la voix du Mali outre-Atlantique, en portant la contradiction à la propagande du MNLA en  Europe. C’est par la communication, que le MNLA a damé le pion au gouvernement malien ; c’est sur cet autre terrain, aussi, qu’il faut, désormais, croiser fer avec lui.

Enfin, IBK doit solliciter, officiellement, l’accompagnement de l’opposition. Composée d’hommes et de femmes aux compétences riches et variées, elle peut être d’un apport appréciable au Chef de l’Etat, en créant autour de lui ‘‘l’union sacrée’’.

Dernière proposition et non des moindres pour IBK : rencontrer François Hollande, lui tenir le langage de la vérité et jouer cartes sur table avec lui.

Notamment, au sujet de l’exploitation des ressources naturelles, dont regorge le nord et de la signature du fameux accord de défense, entre la France et le Mali.

Misses en œuvre, sans délai, ces mesures permettront à notre pays et à IBK de se faire entendre et de se faire comprendre ; non seulement, par l’opinion publique nationale ; mais aussi, par la communauté internationale, de plus en plus, acquise au MNLA.

Aux grands maux, les grands remèdes !

Oumar Babi

SOURCE: Canard Déchainé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.