Mali : LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT ET AU MINISTRE DE L’AGRICULTURE

Lettre ouverte

Le Président de la République du Mali

Monsieur le Ministre du Développement Rural 

Messieurs

moi  Agronomes du Mali  porte une ambition pour notre agriculture, et je compte mener à bien pour le bien-être de nos populations.

Premièrement Monsieur le président et Monsieur Le Ministre de l’Agriculture

est que nous, paysans, sommes avant tout des producteurs et en premier lieu, de denrées alimentaires. Nous avons collectivement le devoir de répondre aux besoins des citoyens de ce pays, en essayant aussi, de combler les attentes plurielles des consommateurs. Nous sommes évidemment prêts à relever ces défis dans tous les secteurs d’Agriculture du Mali.

Monsieur le Président

le second pilier sur lequel nous agronome ont s’appuie, est celui du nécessaire revenu des producteurs. C’est devenu une évidence pour tous, quelques soient les productions : les prix volatils sur des marchés concurrentiels auxquels s’ajoute l’envolée des prix des intrants, pénalisent doublement nos marges.

Monsieur le Président du Mali d’abord,

en tant que agronome je vous propose d’abord de construire une véritable politique de prix des denrées alimentaire sur nos marché et limité aussi l’exportation quantitative de notre production en optant pour une consommation locale.

Nous en sommes, tous convaincus, l’agriculture Malienne à un rôle à jouer dans le dynamisme rural. Nous restons la colonne vertébrale de la vie de nos territoires.

Bien sûr, il n’est pas question pour le monde agricole de se mettre à la marge des autres secteurs économiques ou de la société. Mais pas question non plus de tout accepter, de se voir infliger des contraintes supplémentaires, qui sont au final autant de pertes de compétitivité, de pertes d’emploi, de disparitions d’exploitations.

Monsieur le Président

vous devez opte pour un redressement productif, nous semble-t-il, ne pourra se faire sans les secteurs agricole et agro-alimentaire voir organiser des Etats Généraux sur l’Agriculture Malienne. Nous souhaitons de vous y inscrire pleinement Monsieur le président IBK dans cette perspectifs. Et  la classe politique de l’opposition que de la majorité présidentielle, aide nous notre secteur à travers le vote des lois pour limiter l’exportation de notre riz, de notre pomme de terre tout en optant pour une autoconsommation pour que enfin nous les agriculteurs nous sortons de ce marasme, ouvrons de nouvelles perspectives pour le monde Agricole.

N’est-il pas honteux de penser que partout au mali du Nord au sud c’est presque la famine, avec une superficie cultivable dans ce pays de plus de 30 millions d’hectares en total et plus de 2 200 000 ha de terre aménageable exploite qu’à 15% , , Est-il normal de vivre dans cette situation si gênante pour nous agronome. Est-il raisonnable de n’envisager que l’agriculture peut être considérer comme une source de solution par la création d’emploi des jeunes au mali et limité considérablement l’exode rural de nos bras valide.

Quoi de t’est-il aberrant de vouloir pas donner à nos Agriculteurs, n’ont pas une formation parlons pas de qualité et sachant que le développement est d’abord humain, c’est loin matériels.

Notre ambition ne s’arrête évidemment pas à notre seul secteur. Nous sommes convaincus que nous pouvons apporter à notre pays, notre contribution à son redressement économique et social.

Monsieur le Président et Monsieur le Ministre de l’Agriculture au Mali,

les céréales constituent l’alimentation de base des populations rurales et urbaines. La part du  riz est à la fois importante et stratégique. En effet, le riz est consommé partout dans le pays. Selon les statistiques nationales, chaque habitant consomme en moyenne 59,8 kg de riz par an. La préférence est avant tout portée sur le riz local qui détermine le prix sur le marché national. Cette dynamique est d’autant plus importante qu’elle valorise d’une part les efforts du producteur et d’autre part, elle génère des emplois et contribue à retenir les populations en zones rurales.

Le riz polarise aujourd’hui les activités de plusieurs milliers d’exploitations agricoles.

Monsieur le Président vous devez faire la promotion de la riziculture irriguée au Mali votre cheval de bataille à travers la réalisation d’importants aménagements hydro agricoles ;

Monsieur le Président,

le Mali dispose d’importantes potentialités rizicoles. Les superficies jugées aptes à l’irrigation sont évaluées à près de 2 200 000 ha. Cependant, ce potentiel n’est valorisé qu’à hauteur de 15%. Il est étroitement lié à l’évolution des systèmes de production.

Quant aux légumes, ils sont l’objet d’une grande variation et de variabilité dans la gastronomie au Mali. La consommation des légumes apporte d’importants nutriments indispensables à l’organisme humain. En outre, des revenus considérables sont générés par l’activité maraîchère.

Dans le domaine du maraîchage, il existe d’énormes potentialités en termes d’aires aménageables, d’eau souterraine exploitable et d’agriculteurs (hommes, femmes et jeunes) intéressés par l’activité. Beaucoup d’efforts ont été consentis en matière d’investissement par le Gouvernement malien et ses partenaires au développement certes. Cependant, les besoins sont encore immenses et existent dans chacune des 703 communes du pays. Ce sont surtout les femmes et les jeunes qui constituent les principaux sujets d’expression des besoins d’aménager des périmètres maraîchers. Cela s’explique par leur appartenance à la couche sociale la plus vulnérable au Mali.

Le développement de la riziculture et du maraîchage revêt un caractère important dans l’atteinte de la sécurité et de la souveraineté alimentaires. Pour ce faire, Monsieur le Président de la République du Mali des investissements importants dans le secteur agricole paraissent nécessaires. Ils permettront d’aménager des périmètres rizicoles et maraîchers, entraînant l’accroissement des productions et productivité agricoles. En conséquence, les besoins alimentaires croissants du pays pourront être satisfaits.

Par extension, la création d’un office dénommée OFFICE DES CHAMPS DU MALI avec votre permission devra contribuer à consolider  la souveraineté et la sécurité alimentaire dans notre pays, la production de cet office sera utilisé que  pour la consommation locale et non à l’exportation, sa production sera différé dans les magasins de sécurité alimentaire pour la vente à un prix raisonnable, des magasins qui serons installer par l’office par tout dans les villages vulnérables  de notre pays et la revendre a la population à travers des prix à la bourse de nos citoyens.

La réalisation de cet important projet est d’un enjeu capital, surtout dans un contexte marqué par des effets néfastes croissants des changements climatiques particulièrement dans le cadre de l’agriculture pluviale, dans certaine zone Monsieur le Président la production est estimé à zéro Kilogramme.

 Je termine à vous refaire la recommandation d’organiser avant l’installation de la campagne un forum sur l’Agriculture Malienne nécessaire pour faire un virage aussi margé dans le domaine Agricole.

Je vous remercie et compte sur vous pour apporter un ouf à nos  populations et à nos citoyens.

Merci

Oumarou Mohamed Lamine BAH

Technicien Agronome de Formation

DRA-MOPTI

[email protected]

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *