Juste pour dire : Rien ne sert de courir…

On commence à négocier à Alger. Tous azimuts, comme aime à le dire un de mes frères. En réalité, on ne négocie pas encore. On discute sur la feuille de route des négociations. Il sera ensuite question de s’entendre sur la date des véritables négociations et le lieu. Sans oublier le lieu de la signature de l’Accord global et définitif. Si on y arrive.

 Makan Kone directeur publication nouvelle liberation president maison presse

Si on y arrive, c’est de cela qu’il s’agit. Car, nous ne cesserons jamais de le dire, le Mali va en position de faiblesse extrême à ces pourparlers déjà, à fortiori quand il s’agira de négociations. La feuille de route qui va être discutée est essentiellement axée sur l’accord préliminaire de Ouagadougou et son article 20. Un article qui consacre presque l’autonomie aux rebelles et à leur zone. Il ne s’agit essentiellement que de démobilisation, de désarmement et de réinsertion. Sur la question, on a comme l’impression que le Mali a donné son avis favorable. « Nous allons intégrer les rebelles pour nous aider à lutter contre le terrorisme dans leur zone ». Une phrase très lourde de sens. D’abord, elle informe carrément les Maliens que ceux qui ont pris les armes seront réintégrés, contrairement à ce que lui Mara même avait annoncé devant les députés à l’assemblée nationale ; ensuite, il nous parle de « leur zone » dans la même déclaration. Est-ce à dire que la zone a été officieusement déjà cédée à Iyad et à ses hommes. Tout ça est inquiétant.

Ce qui est encore plus inquiétant, c’est le fait que– comme me l’a confié un ami – le Mali n’a, semble-t-il, pas de plan B aux négociations d’Alger, comme c’est souvent le cas d’ailleurs.

Nous n’en avons jamais, du reste. Les inquiétudes de l’ami sont d’autant plus justifiées qu’on doit tous se demander à présent : On fait quoi s’ils ne s’entendent pas à Alger ? Puisqu’il y a de fortes chances qu’ils ne s’entendent, à moins que le Mali ne capitule, franchement, on va faire quoi ? La guerre ? Rien n’est moins sûr.

Makan Koné

 

SOURCE: Nouvelle Libération  du   18 juil 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.