En un mot : Triste anniversaire

Il aurait voulu fêter demain dans une abondance de bières, de liqueurs fortes et devant un parterre de courtisans le 2e anniversaire de son « coup d’Etat débile », mais il ne pourra que ruminer les événements du 22 mars 2012 dans les bureaux du CB de la gendarmerie de Sélingué, transformé en lieu de détention depuis samedi dernier.

 

 

cnrdre amadou haya sanogo amadou sanogo

Loin des fastes des jours quand des ministres et des PDG portaient à bout de bras des buffets de Bamako à Kati, le capitaine Sanogo souffrira moins ce samedi de sa grève de faim que du souvenir de ses amis politiciens et hommes d’affaires qui lui ont tourné le dos depuis le début de ses ennuis et qui courent maintenant après le nouveau prince Karim, pour rester au gouvernement et dans les conseils d’administration.

Il s’en voudra sans nul doute d’avoir fait confiance à des journalistes alimentaires, qui lui avaient fait croire que tous leurs autres confrères qui ne lui ciraient pas les bottes étaient des ennemis ou des vendus.

Enfin, il se soulagera d’avoir tiré les leçons de tout ce qui s’est passé pour rebondir. Après tout, c’est la vie et il pourra continuer de rêver. C’est la seule chose qui lui reste.

DAK

Source: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *