En un mot : Pressions sur le gouvernement

La pression sur le gouvernement Modibo Kéita ne faiblit pas depuis un moment avec des cahiers de doléances en chassant d’autres. Après les magistrats, en juillet, c’est au tour des élèves et étudiants du Mali d’exiger l’amélioration de leur cadre d’études. A travers l’AEEM, ils ont déposé un cahier de doléances sur la table du gouvernement.

dramane aliou kone president maison presse journaliste editorialiste indicateur renouveau

Les élèves et étudiants exigent la prise en charge des masters dans toutes les universités publiques, grandes écoles et instituts. Ils réclament la mise en service sans délai de la Cité universitaire de Kabala, l’instauration d’un cadre de concertation des acteurs du traitement des bourses et trousseaux ; sans oublier la revue du système d’inscription en ligne, etc.

Le SG de l’AEEM soutient que face au système LMD l’Etat ne doit pas trainer les pieds dans la satisfaction de ce cahier de doléances. En tout cas, l’aboutissement heureux des doléances ne sera pas sans incidence budgétaire. Il requiert une meilleure gouvernance des ressources publiques et plus de discernement des gouvernants plus enclins aux dépenses au détriment des aspirations du peuple. Parmi celles-ci l’école performante n’est pas forcément leur souci premier. Il faut néanmoins espérer que l’AEEM va rester en classe tout en restant ferme.

DAK

Source : l’indicateur du renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *