En un mot : Encore des banquiers et des juges

Après sa  grève de 72 h des 25, 26 et 27 novembre 2015, le Syndicat national des banques et établissements financiers du Mali (Synabef) a décidé d’organiser hier 11 avril 2016, de 8 h à 10 h, un sit-in dans toutes les banques et compagnies d’assurances du pays et de déposer un préavis de grève d’une semaine, voire illimitée jusqu’à ce que “la justice dise le droit concernant la situation de leur camarade”. Un bras de fer entre banquiers et juges auquel certaines banques se refusent de se mêler.

dramane aliou kone president maison presse journaliste editorialiste indicateur renouveau mali

Ils seraient entre 4 et 5 établissements à refuser de suivre le mouvement, évoquant que la direction de la banque concernée, la Bicim (dont l’agent Hamadoun Boré est poursuivi pour complicité dans l’affaire détournement de centaines de millions  sur le compte de la société Cissé Technologie par l’ex-comptable de cette entreprise) refuse elle-même d’évoquer un dossier pendant devant la justice, suscitant l’ire des leaders des autres établissements financiers.

Ceux-ci ne comprennent pas l’extrémisme des syndicalistes banquiers qui, comme tous les Maliens, devront comprendre que la justice est distribuée par les tribunaux et non par des grévistes. Du côté des magistrats, on continue d’évoquer l’indépendance de la justice et l’on se jure que l’affaire ira aux assises. Du côté du gouvernement, au nom de la séparation des pouvoirs, aucune intervention n’est envisagée.

Dans ce bras de fer, ce sont certainement les pauvres clients qui payeront les pots cassés en cette période de vaches maigres.

DAK

 

 

Source : l’indicateur du renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *