En un mot : Des têtes à couper

Comme annoncé depuis les premières heures, les évadés du Camp 1 ont bénéficié de complicités extérieures et internes. Les premiers éléments de l’enquête et surtout les révélations faites par l’un des deux évadés arrêtés confirment les soupçons. Et le Premier ministre demande des sanctions.

aliou dramane kone journaliste editorialiste president maison presse indicateur renouveauL’enquête sur l’évasion spectaculaire de la nuit de vendredi à samedi dernier progresse. Les premiers éléments recueillis auprès des personnes interrogées notamment l’un des deux évadés arrêtés confirment que 8 militaires et un civil qui se sont échappés du camp 1, avaient des complices.

L’un des militaires évadés, arrêté à Diéma, aurait donné des “informations utiles” selon des sources proches de la gendarmerie. Il aurait expliqué tout le processus de préparation de l’évasion, notamment en évoquant la participation de personnes dans cette fuite. Des éléments du Camp 1 auraient facilité l’organisation de leur fuite et sont depuis lundi aux arrêts alors que de hauts responsables étaient entendus ainsi d’autres anciens camarades de l’ancien putschiste, Amadou Haya Sanogo.

On attend les premières sanctions dans les jours à venir puisque du côté de la Primature, on a juré que des têtes vont tomber.

DAK

 

Source :  L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *