En un mot : Des services pénitentiaires incapables

Les forces spéciales de la DGSE ont arrêté ce jeudi deux terroristes d’Al-Mourabitoune à Magnambougou et à Sénou. Marhi Barka Ben Erzagh, ex-Mujao et repris de justice, et Mikaïlou Mahamoud Dicko, terroriste proche de Hassane Al Nouiny (second de Mokhtar Belmokhtar) étaient à Bamako pour repérer des cibles en vue de commettre des attentats au compte d’Al-Mourabitoune.

mamadou ismaila konate ministre justice visite maison arrete detenu prisonnier bandit armee voleur

De sources proches de l’enquête, l’attentat devait survenir à la fin du mois de janvier ou le dispositif sécuritaire du Sommet allait être en plein démontage. La vigilance de la DGSE a permis d’éviter la récidive de Radisson Blu.

Reste que l’inquiétude des forces spéciales est très grande aujourd’hui. Elles pensaient que le terroriste était à la Maison centrale d’arrêt de Bamako, mais il se pavanait au nord et préparait un nouveau coup contre notre pays. Qui a donc libéré un si dangereux terroriste ? Seule une enquête minutieuse permettra de dévoiler les complicités dans les services pénitentiaires. Comme dans l’évasion de prévenus du camp I de la gendarmerie, qui a coûté sa place au colonel-major Mory Bérété, les coupables en l’occurrence sont à rechercher et à châtier.

DAK

Source : l’indicateur du renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *