En un mot : Accord de défense au forceps

Il  se dit que le Mali et la France signeront avant la fin de ce mois de mai l’accord de défense militaire.

Une annonce faite par le ministre de la Défense qui tente de justifier cette décision en démentant ceux qui amputaient la chute des régions du Nord à l’ancien régime au lieu des limites objectives de notre pays face à la menace terroriste. Il est temps d’en finir avec ce dossier sur lequel de pseudo-nationalistes opportunistes, qui avaient perdu leur langue lors de l’occupation de Konna et des régions du Nord, brodent pour exister de nouveau.

 Dramane Aliou Koné journaliste indicateur renouveau cour constitutionnelle bamako

On leur a déjà fait trop plaisir en reportant la signature de l’accord de coopération militaire qui ne fait que formaliser une réalité. La France est bien chez nous et on ne peut rien contre, car on n’a ni les moyens humains, ni les moyens financiers pour sécuriser les régions du Nord.

Aux autorités, en particulier le président de la République de s’assumer face à l’Histoire au seul motif que les peuples se font dominer par les émotions pour justifier l’existence des hommes d’Etat dont les actes sont parfois incompris de leurs contemporains, mais utiles à l’Histoire.

En tout cas, aucun Malien ne voudrait revivre le jeudi de l’attaque de Konna. Il reste quand même de tout dire au peuple sur les tenants et les aboutissants du document que le régime IBK signera finalement… contre son gré. Parole de diplomates et ministres français dont celui de la Défense qui en voudrait désormais à mort à Koulouba.

DAK

SOURCE: L’Indicateur du Renouveau
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.