Éditorial: Nouveau départ, nouvelle opportunité

De l’avis de beaucoup de nos compatriotes, le président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) aura réussi cet exercice qui était une première pour lui. Intervention bien à propos et discours de contexte, le colonel Assimi Goïta a posé le diagnostic sur l’état du pays et dévoilé les remèdes que le pouvoir intérimaire entend utiliser pour guérir ce grand malade qu’est devenu notre pays.

Il faut dire que les propos du chef du CNSP ont de quoi rassurer et faire espérer à des lendemains qui chantent. Par devoir de mémoire, le colonel Assimi Goïta a, de prime abord, rappelé les sacrifices consentis par le président Modibo Kéita et ses compagnons, ainsi que les idéaux dont ils étaient porteurs.

Très rapidement, le discours a glissé sur les questions brûlantes de l’heure avec en tête la situation sécuritaire du pays. Il a assuré que nos forces de défense et de sécurité se battent avec bravoure malgré la complexité et la nature non conventionnelle de la guerre asymétrique. « Je voudrais vous faire la promesse que nous gagnerons la guerre qui nous a été imposée », s’est engagé le président du CNSP qui n’ignore pas que cette victoire passe par le renforcement de la mobilisation, de la formation et de la mise dans les conditions matérielles et morales de nos forces de défense et de sécurité.

« Les mois à venir doivent être des mois de résultats et d’engagement décisifs pour que le Mali recouvre rapidement toute sa sécurité sur tout son territoire », a ajouté le vice-président de la Transition.

Le colonel Assimi Goïta a également évoqué l’épineuse situation de l’école parmi les « urgences du moment ». Il a insisté sur la nécessité de l’amélioration substantielle de la condition enseignante.

À ce propos, l’application de l’article 39, grâce à l’accord obtenu récemment entre les syndicats concernés et le CNSP, constitue une avancée significative.

Le président du CNSP est parfaitement en phase avec l’opinion dont l’idéal de changement et le désir de rompre avec des pratiques peu orthodoxes sont manifestes. À preuve, il indiquera qu’il est impérieux de veiller à ce que les élections, mécanisme essentiel du jeu démocratique, se tiennent désormais dans la transparence et sans parti pris de l’administration. Concrètement, le colonel Goïta a recommandé que les listes électorales soient fiables sans doublons et que les scrutins se tiennent avec une enveloppe financière raisonnable.

L’officier supérieur n’a pas manqué de montrer du doigt d’autres maux qui plombent le développement du pays : la mauvaise gouvernance, la corruption, l’impunité, le favoritisme… À ce propos, le colonel Goïta s’est dit convaincu que « la Justice jouera pleinement sa partition dans la reconstruction du Mali nouveau ».

« Je vous donne l’assurance, chers compatriotes, qu’à la faveur des réformes majeures envisagées, l’immunité ne sera plus un obstacle juridique aux poursuites judiciaires en matière de délinquance financière et économique », a martelé le président du Comité national pour le salut du peuple.

Concernant l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, le colonel Assimi Goïta souscrit pleinement à sa « mise en œuvre intelligente et efficiente en vue de créer les conditions optimales d’une paix durable ». De même, il a annoncé la mise en œuvre des conclusions du Dialogue national inclusif « avec toute la diligence requise ».

Le président du CNSP compte sur le soutien de nos partenaires étrangers. À cet effet, il a remercié la Cedeao et la communauté internationale pour l’intérêt qu’ils portent à la résolution de la crise multidimensionnelle.

Massa SIDIBÉ 

Source: Journal l’Essor-Mali

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *