Edito : Le signal fort d’un peuple meurtri, trahi et humilié !

Annoncé en grande pompe pour être le sauveur, le messie, le président Ibrahim Boubacar Kéita (IBK) a déçu les Maliens par sa gestion catastrophique du pays. Comme cela ne suffisait pas, il nourrit l’intention de réviser la Constitution du 25 février 1992 pour ce faire un monarque. Eu égard de cela,  le peuple malien désespéré, meurtri, trahi et humilié qui a été longtemps silencieux, s’est enfin réveillé ce samedi 17 juin 2017 à travers une marche gigantesque de protestation contre le referendum sur un projet de révision de la Constitution prévu le 09 juillet prochain. De la place de la liberté à la place de l’indépendance, la mobilisation était au comble. On voyait une marée humaine à la ressemblance de la marche révolutionnaire de mars 1991 qui a chassé le dictateur Moussa Traoré du pouvoir. Et la place de la liberté vibrait au cri de sirène et au rythme des Maliens déçus, trahis et meurtris, contre la nouvelle constitution. Ils entonnaient des messages verbaux et étaient visibles des messages écrits sur les t-shirt, les pancartes et les banderoles. De ce fait, on pouvait lire « touche pas à ma constitution, non au referendum, non à la monarchie, IBK ne touche pas à ma constitution » ; « mettre le budget du référendum dans l’éducation, la santé et la sécurité, non à la partition du pays » ou encore cette banderole de la plateforme « AN Tè A Bana » qui dit « référendum pas besoin, le peuple a plutôt besoin de sécurité, de paix et de pain ».

caricature dessin gouvernant chef president discours peuple population

Faisant allusion à des zones du nord et du centre du pays victimes d’attaques jihadistes et où la présence de l’Etat malien est faible, comment peut-on organiser un référendum au moment où une partie du territoire est occupée ?, s’interrogent les manifestants qui réclament le retrait pur et simple de la loi de révision constitutionnelle. De plus, ils ont donné le carton rouge à IBK et portaient des brassards rouges sur des tee-shirts rouges comme signe de contestation. Cette marche lance un signal fort au président IBK. Que les Maliens, en l’occurrence la plupart des bamakois détestent cette nouvelle constitution.

Et à travers cette marche gigantesque, si le président de la République IBK dormait, il doit pouvoir se réveiller. Il doit cependant répondre au cri de cœur du peuple qui l’a porté à la Magistrature suprême du pays, en retirant purement et simplement ce projet machiavélique, monarchique et présidentialiste. Monsieur le président écoutez la voix de votre peuple et non la voix de vos conseillers, de vos proches et votre majorité présidentielle qui n’ont souci qu’à leur tube digestif ! Répondez au  cri de cœur de votre peuple et sursoit au référendum sur le projet de révision de la constitution. Vos  prédécesseurs Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré(ATT) ont renoncé à toucher à la Constitution à la demande du peuple et à un moment où le pays était stable. Alors pourquoi Monsieur le président IBK vous n’emboitez pas leur pas en ce moment-ci où le pays est sur une poudrière  donc inopportune pour une révision constitutionnelle ?

En tout cas, Monsieur le Président de la République vous êtes averti pacifiquement. Les milliers de Maliens qui ont marché n’attendent plus croisés les bras tant que vous ne renoncez pas. Ils prévoient de marcher et encore de marcher. IBK, renoncez pour le bonheur et l’honneur des Maliens. Ne jouez pas au sourd et au dur car même les montagnes tremblent lorsque la volonté du peuple se fait chair.  A bon entendeur salut !

Aliou Touré

 

Par Le Démocrate

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *